En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

La situation politique après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre

Emmanuel Rivière

Directeur France

Presidentielle 29.11.2016 / 16:30

urne-vote2

L'enquête Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro, RTL et LCI a été réalisée au lendemain de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, mais également quelques jours après la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron.

François Fillon en tête des intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle après sa victoire à la primaire

Dans toutes nos hypothèses, François Fillon arrive en tête des intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle avec un score compris entre 28% et 34%. Il devance systématiquement Marine Le Pen, avec une avance d’a minima 4 points. Au second tour, il gagnerait largement contre la candidate du Front national avec 66% des intentions de vote.

La candidate du Front national voit son potentiel de vote diminuer un peu avec la candidature du député de Paris. Elle réalise un moins bon score que face à Alain Juppé. François Fillon réduit également le score de Nicolas Dupont-Aignan (entre 2% et 3% d’intentions de vote dans cette enquête contre de 3% à 5% face à Alain Juppé dans notre précédente étude en octobre dernier).

En revanche, le positionnement ancré à droite du candidat désigné des Républicains laisse un espace plus important au centre et au gauche, qui profite surtout à Emmanuel Macron.

À gauche, un éclatement des candidatures qui profite pour l’heure à Emmanuel Macron

Que François Bayrou soit présent ou non au premier tour, et que le candidat socialiste qui lui fasse face soit François Hollande, Manuel Valls ou Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron recueille plus d’intentions de vote que le candidat du Front de gauche et celui du PS. Avec un score compris entre 13% et 17,5%, il n’apparaît en revanche toujours pas en mesure de se qualifier pour le second tour, l’écart avec Marine Le Pen restant important (6,5 points dans l’hypothèse la plus favorable, soit sans candidature du président du MoDem et opposé à Arnaud Montebourg).

Le leader d’« En Marche » devance Jean-Luc Mélenchon, dont le potentiel électoral reste important (de 11,5% jusqu’à 15% des voix). Celui-ci semble même en position de pouvoir devancer l’ancien ministre de l’Economie si celui-ci est concurrencé par d’autres candidats capables de séduire l’électorat centriste : ainsi dans l’hypothèse où François Bayrou se présentait et où Manuel Valls portait les couleurs du PS, Jean-Luc Mélenchon talonne Emmanuel Macron (12% contre 13%).

Manuel Valls, meilleur candidat pour le PS, mais systématiquement relégué en cinquième position du premier tour

Aucun des trois candidats socialistes testés dans notre enquête n’apparaît aujourd’hui en mesure de faire accéder son parti au second tour. La candidature PS arrive toujours en cinquième position, hormis si Emmanuel Macron ne se présente pas (le candidat socialiste arrivant alors quatrième, derrière Jean-Luc Mélenchon à gauche).

Manuel Valls est le candidat qui recueille les meilleurs scores, mais ceux-ci restent faibles (9,5% en présence de François Bayrou - 11% sans le président du MoDem). Dans les mêmes hypothèses, le président de la République rassemble moins d’électeurs (7,5% - 8,5%). Seule l’absence de candidature d’Emmanuel Macron permet à François Hollande de passer la barre des 10% (14% d’intentions de vote dans cette hypothèse). Quant à Arnaud Montebourg, son potentiel électoral est aujourd’hui encore plus faible que celui du président de la République (6%-7%).

Les autres candidats de la gauche recueillent de faibles scores dans notre enquête : de 1,5% à 3% pour Yannick Jadot, entre 0,5% et 2% pour Nathalie Arthaud, 1%-1,5% pour Philippe Poutou et 0,5%-1% pour Sylvia Pinel.

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-OnePoint réalisée par Internet le 28 novembre 2016, pour Le Figaro, RTL et LCI , auprès d’un échantillon de 1 011 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en mai 2017

Alors que les critiques des Français sur leur classe politique n’ont jamais été aussi sévères, la victoire d’Emmanuel Macron « contre le populisme » est-elle en trompe l’œil ?

Le rapport des Français à la connexion pendant leurs vacances reste paradoxal, entre l’envie de se déconnecter et des bénéfices à en tirer dont ils ne peuvent pas et ne veulent pas se passer.

La vague de juillet 2017 de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée fin juin 2017.

Découvrez dans cette vidéo les principaux résultats du Référenseigne Scoop 2017 et la tendance des enseignes sur ce début d’année.

Contenus liés