En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Sondages, sorties d'urnes, estimations et #RadioLondres. Petite mise au point

Emmanuel Rivière

Directeur France

Presidentielle 23.04.2017 / 17:51

Radio Londres

Le suspense est insoutenable. Comment tenir jusqu'à 20h ? Impossible ! A l'heure de l'immédiateté numérique, il y a forcément un moyen de savoir avant. Hélas, pas vraiment.

Le suspense est insoutenable. Comment tenir jusqu'à 20h demain ? Impossible ! A l'heure de l'immédiateté numérique, il y a forcément un moyen de savoir avant. Hélas, pas vraiment. Car le seul moyen fiable en France de connaître le résultat des élections sans attendre que les mises à jour du Ministère de l'Intérieur soient significatives sont ce que l'on appelle les opérations estimations. Celles-ci reposent sur des décomptes partiels puis totaux de bulletins dépouillés dans des bureaux de vote qui ferment avant l'heure fatidique. Le principe en est décrit ici : http://www.fr.kantar.com/elections/presidentielle/2017/qu-est-ce-qu-une-estimation/ 

Par définition ces opérations ne pourront démarrer ce dimanche qu'à partir de 19h, heure de fermeture des premiers bureaux. Le sondeur que je suis ne "saura" donc que vers 19h40, juste le temps d'en informer nos partenaires TF1, RTL et LCI pour l'annonce de 20h.

Quid alors des fameux "sondages sortis des urnes". Ce terme est utilisé pour les enquêtes consistant à interroger des électeurs à la sortie non pas des urnes mais des bureaux de vote. Portant donc sur de vrais électeurs, ces "exit polls" sont la méthode utilisée en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou ailleurs pour donner des résultats le plus fiables possibles le plus vite possible. En général avec exactitude, mais en France ils présentent l'inconvénient de sous-représenter le vote Front national. Sur la base d'un "sortie d'urne", l'un de mes confrères a annoncé il y a 15 ans à Lionel Jospin sa seconde place derrière Jacques Chirac. Ils ont néanmoins la vertu de permettre en une journée d'interroger de grands échantillons propre à des analyses politologiques poussées. Mais les sondages en ligne auprès de panel d'internaute offrant la même possibilité pour un coût moindre, les "sorties d'urnes" sont tombés en désuétudes en France.

Il y aura bien des sondages ce dimanche, des sondages "du jour du vote" qui répondent à des objectifs d'analyse du scrutin (qui a voté quoi ? Pour quelle raison ?). Ces sondages sont réalisés tout au long de la journée auprès d'échantillon importants, rien n'empêche de regarder ce que ça donne en cours d'après midi. Mais aucun institut de sondage ne se hasarderait à communiquer des résultats précis à 20h sur cette base. Ces sondages peuvent être un peu plus proches des résultats que les derniers publiés si l'on fait l'hypothèse que le rapport de forces a évolué en deux jours, mais ils restent des sondages, nettement moins fiables que les estimations.

Que penser, alors, des chiffres qui circuleront avant 20H, sur les réseaux sociaux ou sur des sites de médias étrangers, comme cela est proclamé ici ? Cette campagne comme la campagne américaine de 2016 ayant démontré que les réseaux sociaux sont le royaume de la post-vérité, impossible d'accorder un quelconque crédit à ces chiffres, le faux se mêlera abondamment au peut-être vrai. Sachez juste que s'ils sont attribués à Kantar Sofres ils seront faux. Pas de sondage du jour du vote chez nous ce dimanche. On peut faire l'hypothèse que les journalistes des média étrangers s'attacheront à faire circuler une information vérifiée. Si c'est avant 19h et même 19h30 aucun doute, il s'agira de sondages. Autant regarder attentivement le détail et les analyses des derniers sondages publiés, on y apprendra plus que de quelques chiffres sujets à caution.

Il se peut que quelques minutes avant 20h circulent les chiffres des estimations dont la diffusion sera interdite en France. Ce sera un gain d'un quart d'heure sur le suspense. Il s'agirait alors de chiffres produit par des instituts de sondages à la demande des chaînes de télévision et de radio françaises pour mieux servir leurs auditeurs et téléspectateurs. Ce sont des données qui existent uniquement parce que ces chaînes investissent de l'argent pour qu'elles soient produites. Que penser de la démarche confraternelle qui consiste à diffuser en avant-première des résultats obtenus gratuitement, en craquant un embargo qui s'impose à ceux qui les ont payés. On peut considérer que c'est de l'information. J'ai tendance à penser que ce n'est pas très loyal.

Source : Kantar Public

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en mai 2017

Alors que les critiques des Français sur leur classe politique n’ont jamais été aussi sévères, la victoire d’Emmanuel Macron « contre le populisme » est-elle en trompe l’œil ?

Le rapport des Français à la connexion pendant leurs vacances reste paradoxal, entre l’envie de se déconnecter et des bénéfices à en tirer dont ils ne peuvent pas et ne veulent pas se passer.

La vague de juillet 2017 de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée fin juin 2017.

Découvrez dans cette vidéo les principaux résultats du Référenseigne Scoop 2017 et la tendance des enseignes sur ce début d’année.

Contenus liés