En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Les réseaux sociaux auraient-ils un problème de diversité ?

Emilie Lhoste

Consultante Médias

Digital 22.08.2016 / 09:52

snapchat logo

La récente polémique sur un nouveau filtre de Snapchat jugé raciste a relancé le débat sur le manque de diversité au sein des entreprises star du Web 2.0.

L’application au petit fantôme a en effet provoqué un tollé parmi les internautes suite au lancement d’un filtre qui transforme les visages des utilisateurs en leur donnant, selon ses détracteurs, « des traits asiatiques caricaturaux ».

Le filtre en question a immédiatement été retiré de la plateforme, mais l’incendie n’est pas pour autant éteint. Plusieurs commentateurs, dont le reporter du New York Times Mike Isaac, ont pointé du doigt le faible nombre d’employés issus des minorités chez Snapchat. Selon lui, la présence dans l’entreprise d’un personnel aux origines plus variées pourrait en effet empêcher ce genre de bourde retentissante.

Le Washington Post a enfoncé le clou, en rappelant que Snapchat n’a pas encore rendu publiques ses statistiques internes sur la diversité, au contraire de ses principaux concurrents, Facebook et Twitter, qui se prêtent tous deux à l’exercice. Dans un entretien à Recode en 2015, le PDG de Snapchat, Evan Spiegel, expliquait que classifier les gens selon leur appartenance à une minorité « n’est pas très sympa » [sic], tout en reconnaissant qu’il « aurait dû » être en mesure de fournir des éléments chiffrés plus précis.

Mais la complexité du problème aux États-Unis semble même défier l’approche statistique et les stratégies les plus proactives. Il y a deux ans, Facebook avait essayé d’encourager ses recruteurs à embaucher plus de candidats appartenant à des minorités, à travers un système de points bonus et de primes.

En dépit de cette bonne volonté, le géant de Menlo Park peine toujours à progresser, souligne le Wall Street Journal. Ses chiffres, publiés le mois dernier, montrent que seuls 4% de ses employés aux États-Unis sont d’origine hispanique, alors que les Noirs américains ne représentent que 2% du personnel !

Pourtant, des employés issus de la diversité pourraient représenter un véritable atout en termes d’innovation et de marketing dans un secteur de plus en plus concurrentiel et friand de nouveaux utilisateurs. Comme l’avait déjà remarqué Tracy Chou, ingénieure chez Pinterest, en 2014, « la qualité, la pertinence et l’impact des produits […] pourront être améliorés seulement si les gens qui les créent reflètent leurs utilisateurs sur le plan démographique ».

Source : Kantar Media

Notes de la rédaction

N'oubliez pas de nous suivre sur Twitter : @Kantar_FR

et inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rater aucune de nos études.

Derniers articles

Alors que les critiques des Français sur leur classe politique n’ont jamais été aussi sévères, la victoire d’Emmanuel Macron « contre le populisme » est-elle en trompe l’œil ?

Le rapport des Français à la connexion pendant leurs vacances reste paradoxal, entre l’envie de se déconnecter et des bénéfices à en tirer dont ils ne peuvent pas et ne veulent pas se passer.

La vague de juillet 2017 de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée fin juin 2017.

Découvrez dans cette vidéo les principaux résultats du Référenseigne Scoop 2017 et la tendance des enseignes sur ce début d’année.

Retrouvez nos estimations de l'abstention et son évolution depuis 1967, puis l'estimation de la projection en sièges.

Contenus liés