En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Les valeurs et l'influence de l'Europe (France)

Guillaume Caline

Directeur de clientèle, Kantar Public

Politique 02.03.2017 / 12:00

centre-kantar-futur-europe-france

t place systématiquement la France parmi les pays de l’Union européenne où les anticipations sur l’avenir de la situation économique sont les plus négatives.

Le pessimisme des Français à l'égard de leur pays est connu et place systématiquement la France parmi les pays de l'Union européenne où les anticipations sur l'avenir de la situation économique sont les plus négatives.

L'obsession du déclin ?

Ce pessimisme s'exprime aussi quant à l'influence de l'Union européenne dans le monde, reflet d'une certaine obsession française pour le déclin, qui ne toucherait pas seulement la France et sa grandeur historique passée mais l'Europe elle-même. Les résultats des enquêtes Eurobaromètre de l'automne 2016 témoignent de cette crainte d'une double perte d'influence : de la France dans l'Europe d'abord, et de l'Europe dans le monde.

La part des Français qui estiment que les intérêts de leur pays ne sont pas bien pris en compte dans l'Union européenne atteint ainsi son plus haut niveau historique : 52% soit +7 points en un an et demi. Si, pendant la présidence de Nicolas Sarkozy, une majorité (au moins relative) des Français avait l'impression que les intérêts français étaient bien représentés au niveau européen, ce n'est plus le cas depuis 2013 et la tendance s'est accentuée ces derniers mois.

Dans le même temps la part des Allemands qui estiment que leurs intérêts sont bien pris en compte en Europe progresse fortement. Avec l'Italie, la France est aujourd'hui l'un des grands pays européens qui doute le plus de son influence en Europe : même les habitants du Royaume-Uni se montrent plus positifs.

Parallèlement, si une majorité de Français (63%) continue de penser que la voix de l'Union européenne compte dans le monde, on enregistre là aussi des reculs historiques (-6 points en un an et demi) tandis que ceux qui sont d'un avis contraire atteint presqu'un tiers de la population (31%, +8 pts).

Et les Français se montrent effectivement parmi les plus négatifs s'agissant de l'influence relative de l'Union européenne par rapport aux grandes puissances mondiales. C'est particulièrement par rapport à la Chine et les Etats-Unis que le complexe français est le plus marqué. 80% des Français pensent que l'influence de l'Union européenne est plus faible que celle des Etats-Unis. Et seuls 19% des Français pensent que l'influence politique de l'UE est plus forte que celle de la Chine, soit le niveau le plus faible dans l'Europe des 28 (moyenne de 34%) et en net recul par rapport à il y a 4 ans. Même si c'est de manière moins marquée, les Français se montrent également plus négatifs que les autres Européens quand ils comparent l'UE à l'Inde ou au Brésil.

S'agissant de l'avenir, les Français sont presque systématiquement les moins nombreux à estimer que l'Union européenne puisse avoir dans 15 ans une influence politique plus forte que celle des autres grandes puissances. Comme si la position de « nain politique » de l'Union européenne sur la scène internationale était inéluctable et s'inscrivait dans une vision décliniste de la place de l'occident dans le monde...

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Cette note est publiée par le Centre Kantar sur le futur de l'Europe qui vise à contribuer au débat public sur l'Europe. Notre travail s’appuie sur les connaissances et les analyses de nos experts nationaux, et en particulier des données tirées de l'étude Eurobaromètre de la Commission européenne.

Derniers articles

Classement des enseignes de grande distribution pour la période du 23 janvier au 19 février 2017

Notre analyse a été réalisé pour l'association Villes de France sur une période longue les résultats électoraux pour deux types d'élections : l'élection présidentielle de 1988 à 2012 et les élections régionales 2004, 2010 et 2015.

Le premier débat télévisé présidentiel représentait l’occasion pour les Français de se faire une idée plus précise de cinq des onze candidats à l’élection présidentielle : Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon étaient donc invités à confronter leurs programmes lors de l’émission du 20 mars 2017.

A la veille du premier débat de la campagne et alors que le Conseil constitutionnel a validé les parrainages des 11 candidats à l’élection présidentielle, notre enquête Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro et LCI confirme la perspective d’un second tout opposant Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

L'étude Kantar Public, réalisée pour L'Union Sociale pour l'Habitat, aborde la perception de la situation du logement en France et le rôle du logement social.

Contenus liés