En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Quels pays ont les économies les plus inclusives ?

Marques 26.09.2019 / 11:09

Stressé au travail

Le nouvel Indice d’Inclusion Kantar identifie les pays et les secteurs de l’économie les plus inclusifs.

La France classée 9e sur 14 pays figure parmi les pays où le niveau d’intimidation dans le milieu professionnel est le plus faible.

Kantar lance aujourd'hui le tout premier indice d'inclusion et de diversité au monde. Cet indicateur est fondé exclusivement sur les perceptions des employés dans le monde entier. L’Indice d’Inclusion Kantar a été établi en interrogeant 18 000 salariés dans 14 pays et à travers 24 secteurs différents (à ce jour). L'objectif était de produire une nouvelle référence mondiale afin de mesurer la progression vers plus d'égalité et d'inclusion au travail.Cet indice d’Inclusion constitue le premier outil d'analyse comparative et de gestion du changement pour aider les entreprises à ne plus considérer la thématique de « l'inclusion et la diversité » comme une question de quantité, mais de qualité. 

Géographiquement, le Canada se classe en tête de l’Indice Inclusion. Les éléments expliquant cette position sont une bonne représentation des deux sexes aux échelons supérieurs de la hiérarchie (plus de 40 % de femmes) et l'impression positive de 65 % des Canadiens, qui estiment que leurs entreprises s'efforcent activement de s'améliorer en matière de diversité et d'intégration et soutiennent les employés indépendamment de leur identité. Les États-Unis se classent juste derrière le Canada. Parmi les points forts des États-Unis, on peut souligner une représentation paritaire aux échelons supérieurs de la hiérarchie.  63 % des Américains trouvent que leurs entreprises s'efforcent activement de s'améliorer en matière de diversité et d'intégration et 67 % estiment que leurs entreprises soutiennent leurs employés indépendamment de leur identité. Dans les deux cas, tout n'est pas parfait : 20 % des Canadiens et 17 % des Américains disent avoir été intimidés (c’est-à-dire victimes de harcèlement, discréditation ou persécution) au cours de l'année écoulée.

La France se classe au 9ème rang sur 14 pays. 53% des salariés français trouvent que leurs entreprises s'efforcent activement de s'améliorer en matière de diversité et d'intégration et 54% estiment que leurs entreprises soutiennent leurs employés indépendamment de leur identité.

L'indice établit un classement parmi dix secteurs, et c'est l'industrie pharmaceutique et médicale qui apparaît comme le secteur le plus progressiste. La représentation paritaire aux échelons supérieurs de la hiérarchie est respectée et 59 % des employés estiment que leurs entreprises s'efforcent activement de s'améliorer en matière de diversité et d'intégration, tandis que 65 % pensent qu'elles soutiennent les employés indépendamment de leur identité. Cependant, près d'un employé sur cinq (19 %) déclare avoir subi du harcèlement au cours de l'année écoulée. Près d'une personne sur trois (32 %) dans le monde travaillant dans le secteur des médias (y compris l'audiovisuel) déclare avoir personnellement été victime d’intimidation sur son lieu de travail.

 Voici quelques conclusions de cet indicateur :

- 80 % des salariés dans le monde ont  été témoins ou victimes de discrimination (36% en France), mais seul un sur trois s'est senti encouragé à signaler le problème à son service de Ressources Humaines (dans le monde comme en France).

- En France 12% des employés (46 % dans le monde) pensent que ce sont les relations, plutôt que les compétences, qui favorisent l'évolution de carrière. De plus, 36 % des salariés français pensent que les meilleures opportunités ne vont pas aux employés les plus méritants de leur entreprise.

De même, 27 % des salariés français estiment avoir été injustement interrompus ou ne pas avoir été écoutés dans les réunions, au sein de leur entreprise, au cours des 12 derniers mois. 28% se sont sentis sous-estimés par rapport à un collègue ayant les mêmes compétences. 24 % des actifs français estiment que le critère de l’âge peut injustement limiter ou augmenter leurs chances d’obtenir un poste ; 10% des salariés ayant souffert de discrimination quant à leur âge.

Intimidation et harcèlement :

- Près d'un employé sur cinq (19 %) a été victime de harcèlement, discréditation ou persécution sur le lieu de travail l'année passée dans le monde.

Avec l’Allemagne (15%), l’Espagne (16%), l’Italie (13%) et les Pays-Bas (15%), la France est identifiée parmi les pays où le niveau d’intimidation est le plus faible : 16% des salariés français (et 18% chez les femmes) ont été victimes de harcèlement, discréditation ou persécution sur leur lieu de travail l’an passé.

Le Brésil, le Mexique et Singapour sont les pays où l'intimidation en milieu professionnel est la plus répandue. 

Dynamique de genre :

- En France seulement 37% de femmes exercent un poste aux échelons supérieurs de la hiérarchie.

- Plus du quart (27%) des femmes ne se sont pas senties à leur place au sein de leur entreprise au niveau mondial. Une femme sur cinq (20%) trouve qu'elle est moins bien rémunérée que ses pairs à poste similaire.

- Dans le monde, un quart (24%) des salariés LGBTQ+ a été victime d'intimidation (harcèlement, discréditation ou persécution) au travail au cours de la dernière année.  Et plus de la moitié des personnes LGBTQ+ souffrent de stress, d'anxiété permanente et de problèmes de santé mentale au travail. 

Santé et bien-être sur le lieu de travail :

Plus d’un tiers des salariés au niveau mondial (35% des femmes / 37% des hommes) et 30% en France, se sentent constamment nerveux en ce qui concerne leur travail– ce chiffre monte à 40 % pour les personnes qui s'identifient comme troisième genre au niveau mondial.

En France, 46% des salariés interrogés se sentent fatigués et 31% considèrent que leur entreprise n’est pas compréhensive concernant leurs problèmes de santé.

75 % des salariés français pensent que l'équilibre vie privée / vie professionnelle est un facteur primordial.

Évoquant les conclusions de l'étude, Mandy Rico, Directrice de Kantar Inclusion Index, déclare : "Si vous prenez au sérieux le sujet de l'inclusion et de la diversité dans votre entreprise, vous devez le mesurer avec sérieux. La diversité est un fait et l'inclusion une action. Jusqu'à présent, l'inclusion était beaucoup plus difficile à mesurer." Elle poursuit : "nos résultats démontrent qu’il reste beaucoup de travail à faire pour rendre les milieux professionnels plus inclusifs, diversifiés et attachés à l'égalité, particulièrement en ce qui concerne l'intimidation qui persiste à des niveaux élevés partout dans le monde. Nous croyons que l'Indice d'Inclusion Kantar peut rapidement devenir la norme dans le milieu professionnel pour comparer les pratiques actuelles en matière d'I&D et mesurer les progrès vers la réalisation de l'égalité et des méthodes de travail inclusives pour les entreprises soucieuses de progresser."

Les services de conseil en gestion du changement et d'analyse comparative de l’Indice d’Inclusion Kantar permettent désormais à n'importe quelle entreprise de mesurer et d'analyser régulièrement sa culture d'entreprise et de prendre des mesures adaptées. Les entreprises peuvent également évaluer leur performance par rapport à leur secteur ou aux normes de leur pays. Plus d’information sur le  premier Indice d'Inclusion Kantar sur https://hubs.ly/H0kK7Rf0 .

Source : Kantar


Notes de la rédaction

Télécharger l'intégralité de notre livre blanc 

 

Contacts presse :

Nathalie Hamelin – nhamelin@presseattitude.com - 06 12 53 61 87

Derniers articles

Le baromètre Kantar / Paul Delouvrier mesure l'opinion des Français vis-à-vis des services publics de l’État (leur image) et la satisfaction des usagers qui ont eu recours à ces services publics au cours de la période récente.

La vague de décembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 26 au 30 novembre 2019.

Women Political Leaders (WPL), le réseau mondial de femmes en politique, et Kantar, un des plus importants réseaux de veille, d'études et de conseil au monde, publient la 2e édition de l'index de Reykjavik, à l'occasion du Forum mondial des femmes dirigeantes qui se tient à Reykjavik, en Islande, du 18 au 20 novembre.

A l'occasion de la douzième édition des Journées de l'Économie, Kantar a réalisé pour la Banque de France une étude quantitative sur les Français et leur rapport à l'économie.

La vague de novembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 26 octobre 2019.