En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Media Week Report - 15 mars

Giulia Guglielmi

Chargée de veille média

Digital 18.03.2019 / 10:54

Media Week Report

Par Giulia Guglielmi et Gwenaelle Lepeltier

Les femmes, le digital, et les médias

Les données TGI Global Quick View de Kantar Media révèlent que, dans un monde qui se digitalise, les femmes sont de plus en plus connectées ; elles ont rattrapé les hommes dans de nombreux pays.

Selon Kantar Media, les femmes connectées possèdent de multiples appareils digitaux. 86 % d’entre elles (contre 83 % des hommes connectés) possèdent un smartphone. De même, 44 % des femmes connectées (contre 39 % des hommes connectés) possèdent une tablette. A noter : les femmes européennes sont les plus grandes consommatrices de tablettes parmi les 22 pays étudiés.

Par ailleurs, dans de nombreux pays, les femmes sont désormais davantage présentes sur les réseaux sociaux que les hommes, en particulier sur Facebook, Instagram, Snapchat et Pinterest.

Si Kantar Media célèbre, dans son article, les progrès accomplis par les femmes, il reste bien entendu de nombreux défis à relever, comme le reflète l’affaire sur la Ligue du LOL, en France, et le débat sur le cyber-harcèlement et l’acharnement de meute – une affaire qui, selon Le Monde, a mis une nouvelle fois en lumière le potentiel de nuisance de Twitter.

Dans la même veine, une enquête baptisée #EntenduAlarédac – lancée dans la foulée de l’affaire de la Ligue du LOL et reprise par l’AFP – visant à mesurer l'ampleur des violences sexistes et sexuelles au travail dans les rédactions françaises, montre que, sur 1 837 réponses, 1 500 personnes déclarent avoir été victime ou témoin d'au moins un agissement sexiste dans le cadre de leur travail.

Selon Le Figaro, les principaux médias audiovisuels (Radio France, France Télévisions, groupe TF1, groupe M6, groupe Canal+, NRJ, NextRadioTV, Arte, Havas Worldwide, Disney, OCS, Mediawan, INA, Lagardère Active, France Medias Monde et TV5 Monde) devaient d’ailleurs signer le 13 mars une charte élaborée par l'association « Pour les femmes dans les médias », à travers laquelle ils s’engagent contre le sexisme.

Exemple concret de défi à relever pour les femmes dans la Tech : les levées de fonds. En 2018, les startups dirigées ou co-dirigées par des femmes ont levé 239 millions d'euros, soit à peine 6,6% du montant total (3,62 milliards d'euros), ce qui est mieux en qu'en 2017 mais toujours insuffisant, selon La Tribune.

Trente ans de web

Le 12 mars, le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) a célébré l’invention du World Wide Web en 1989 – une application (parmi d’autres applis Internet, comme les messageries et les services de discussion instantanée) permettant de consulter des pages sur des sites Web, grâce à des navigateurs adaptés et via des machines comme un ordinateur ou un smartphone. Trente ans plus tard, l’outil fait entrer « l’humanité dans l’ère de l’instantanéité et de l’information », comme le dit Les Echos.

Tim Berners-Lee, le physicien à l'origine de son invention, milite désormais, selon Le Figaro, contre les effets négatifs du Web, mais il est loin d’avoir abandonné tout espoir, nous dit Le Monde, résumant ainsi l’interview accordée au journal.

Cyberattaques, circulation de fausses nouvelles, mainmise de géants qui font commerce de données personnelles ou censure, le web multiplie les polémiques. Tim Berners-Lee milite aujourd’hui pour ce qu'il qualifie de « nouveau contrat pour le Web », où gouvernements, entreprises et citoyens pourraient décider de principes fondateurs du Web, consacrant par exemple un droit fondamental au respect de la vie privée.

Canal+ Séries, Apple, Disney… Tout le monde cherche à rivaliser avec Netflix

Après BritBox au Royaume-Uni, c’est au tour de Canal+ Séries de chercher à concurrencer Netflix en France. Pour le patron de Canal+, Maxime Saada, il s’agit plutôt d’une offre alternative.

A partir de 6,99 euros par mois, cette offre de SVOD 100% séries (disponible depuis le 12 mars et qui devrait se substituer à CanalPlay) inclut 150 séries, pour environ 5 000 épisodes, à 90% en exclusivité totale – avec, bien sûr, des créations originales Canal+ telles que Engrenages puis, prochainement, Vernon Subutex, mais aussi des séries internationales ou cultes comme Gomorra ou 24 heures chrono (grâce notamment à des accords avec Showtime, FX et Warner).

Face à l’offre pléthorique de Netflix, le groupe dit miser sur la qualité plutôt que la quantité. Canal + Séries veut notamment se différencier des géants américains du streaming avec un catalogue riche en créations françaises et européennes, et une animation assurée par des équipes d’experts plutôt que basée sur des algorithmes. Pour Numerama qui s’interroge sur la capacité de Canal à générer assez de nouveautés ou sur le propension des Français à multiplier les abonnements SVOD, il n’est pas certain que cela soit suffisant pour assurer le succès de Canal+ Séries.

Succès ou pas, tout le monde cherche à rivaliser avec Netflix. Le géants américains Disney et Apple devraient d’ailleurs prochainement donner davantage de détails sur leur projet respectif. Ainsi, selon Business Insider, Apple pourrait dévoiler son service rival de Netflix le 25 mars, tandis que Disney pourrait faire de même le 11 avril. Selon The Information, Disney pourrait par ailleurs tester sa plateforme Disney+, avant son lancement commercial aux Etats-Unis, aux Pays-Bas.

En attendant l'arrivée d'Apple et de Disney – entre 2019 et 2020 – sur le marché de la vidéo par abonnement, Netflix s'est taillé la part du lion sur le marché européen, selon les estimations de S&P Global Market Intelligence citées par Les Echos. En 2018, Netflix a ainsi capté à lui seul plus de la moitié (52%) des 6 milliards de dollars de revenus générés par la SVOD sur les 18 pays analysés par l'étude.

Source : Kantar Media

Notes de la rédaction

Retrouvez tous les articles de Kantar Media sur leur site

Derniers articles

Le baromètre Kantar / Paul Delouvrier mesure l'opinion des Français vis-à-vis des services publics de l’État (leur image) et la satisfaction des usagers qui ont eu recours à ces services publics au cours de la période récente.

La vague de décembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 26 au 30 novembre 2019.

Women Political Leaders (WPL), le réseau mondial de femmes en politique, et Kantar, un des plus importants réseaux de veille, d'études et de conseil au monde, publient la 2e édition de l'index de Reykjavik, à l'occasion du Forum mondial des femmes dirigeantes qui se tient à Reykjavik, en Islande, du 18 au 20 novembre.

A l'occasion de la douzième édition des Journées de l'Économie, Kantar a réalisé pour la Banque de France une étude quantitative sur les Français et leur rapport à l'économie.

La vague de novembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 26 octobre 2019.

Contenus liés