En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Media Week Report 25 janvier 2019

Giulia Guglielmi

Chargée de veille média

Digital 25.01.2019 / 15:04

MWR_25_01

Cette semaine, le Media Week Report revient sur la médiatisation du mouvement des Gilets Jaunes, ainsi que sur la défiance des Français envers les médias. Autres sujets en ligne de mire : les conséquences du RGPD et le plan anti Fake News de WhatsApp

Gilets Jaunes, une médiatisation sans précédent

Selon une étude publiée par Kantar Media, les Gilets Jaunes font la une de l’actualité depuis deux mois. Depuis le 12 novembre, date du début du conflit, la mobilisation des Gilets Jaunes reste le sujet médiatique principal, avec un pic le 4 décembre correspondant à l’acte IV du mouvement. Seuls l’attentat de Strasbourg et les festivités de Noël ont supplanté le mouvement les 12, 24 et 25 décembre.

En tout, plus de 643 000 mentions des Gilets Jaunes ont été recensées dans les médias français du 15 novembre au 14 janvier, avec un pic de 17 945 mentions le 4 décembre.

Les retombées médiatiques proviennent à 37% de la presse écrite, à 37% d’Internet et à 20% des télés et radios – BFM TV étant le média ayant consacré le plus grand nombre de sujets au mouvement, devant LCI.

Le Baromètre de la confiance des Français dans les médias, réalisé par Kantar pour La Croix, montre toutefois que plus de la moitié des Français (51%) trouvent la couverture médiatique de la crise des Gilets Jaunes mauvaise, contre 32% de satisfaits. 67% des Français reprochent aux médias une dramatisation des événements, 52% d’avoir trop laissé de places aux points de vue extrêmes et 54% le manque de pédagogie. Point positif, l'effort de diversité dans la prise de parole, avec le sentiment que les médias ont donné la parole à des personnes qu'on ne voit pas d’habitude à la télévision (79%).

Plus généralement, si l’actualité connaît un regain d'intérêt après trois années de baisse, et remonte de 5 points à 67%, la défiance envers les journalistes reste importante et la crédibilité des médias est à son plus bas niveau. La radio, traditionnellement jugée comme le moyen d’information le plus fiable, s’en sort à peine (avec un niveau de confiance de 50%, soit une baisse de 6 points en un an), devant la presse écrite (à 44%, - 8 points), la télévision (à 38%, - 10 points) et Internet (à 25%, comme en 2018).Quant aux journalistes, il ne sont jugés indépendants que par un quart des sondés.

Google, victime du RGPD en France

La Cnil, Commission nationale de l'informatique et des libertés, inflige une amende de 50 millions d’euros à Google. Selon Le Siècle Digital, il s’agit de l’amende la plus importante imposée par la CNIL depuis l’arrivée du RGPD. Le gendarme français des données personnelles, note La Tribune, devient ainsi la première instance de régulation européenne à sanctionner une grande plateforme internet mondiale en utilisant les dispositions du RGPD, en vigueur depuis le 25 mai.

Selon la Cnil, « les manquements constatés privent les utilisateurs de garanties fondamentales concernant des traitements pouvant révéler des pans entiers de leur vie privée, car reposant sur un volume considérable de données, une grande variété de services et des possibilités de combinaison de données quasi-illimitées ». La Cnil explique par ailleurs que les violations constatées n’ont pas encore été corrigées par Google. La décision de la Cnli fait suite à deux plaintes déposées par les associations None of Your Business et la Quadrature du Net.

« Les gens attendent de nous un niveau élevé de transparence et de contrôle. Nous sommes déterminés à répondre à ces attentes et aux conditions de consentement du RGPD. Nous étudions la décision afin de déterminer nos prochaines étapes », précise un porte-parole de Google cité par Le Siècle Digital, qui ajoute par ailleurs que la question est désormais de savoir si la Cnil prendra une décision aussi sévère envers Facebook, mis en demeure, en novembre dernier, par une ONG pour non-respect du RGPD.

Aux Etats-Unis, jugeant que Facebook pourrait avoir violé un accord sur la protection de la vie privée conclu en 2011, la Federal Trade Commission (FTC) étudierait, selon ZDNet, la possibilité d’infliger une amende record à Facebook en lien avec l’affaire Cambridge Analytica.

Le plan de WhatsApp contre les fausses informations, lutter contre le transfert massif de messages

Après expérimentation en Inde, le pays le plus touché par la désinformation via WhatsApp, où des rumeurs ont parfois conduit à des lynchages, l’appli a décidé de limiter le transfert de messages. Désormais, un message ne pourra être transféré d’une conversation à une autre que cinq fois, et ce dans le monde entier.

La fonction ‘Transférer Un Message’ qui permet de partager très rapidement, en un clic, du texte ou des images à d’autres groupes de discussions, sans forcément les contextualiser, avait été identifiée comme potentiellement problématique dans la circulation de fausses informations.

« La limite de transfert a considérablement réduit le nombre de messages transférés », précise un porte-parole de Facebook, maison mère de WhatsApp, dans un e-mail au Monde. Etendre cette mesure à l’échelle mondiale « aidera à ce que WhatsApp reste consacré aux messages privés échangés avec les proches », ajoute le porte-parole.

Comme le rapporte la BBC, un groupe pouvant contenir jusqu’à 256 personnes, la nouvelle limite de WhatsApp permettra – tout de même ! – de transférer un message à 1 280 individus d’un coup – contre 5 120 avec la limite de 20 en place depuis juillet.

Source : Kantar Media

Derniers articles

Étude Kantar Public réalisée pour L'Union Social pour l'Habitat réalisée du 14 au 16 février 2019.

Kantar, le leader mondial du conseil et de l'analyse marketing, annonce aujourd'hui sa participation au comité de gouvernance de Movin'On LAB, le "think and do tank" de la mobilité durable.

Classement des enseignes de grande distribution pour la période du 24 décembre 2018 au 20 janvier 2019

Cette semaine, le Media Week Report fête les quinze ans de Facebook. Scandales, réussites, vision de l’avenir, tout y est ! En France, le groupe TF1 rassemble ses activités numériques sous une nouvelle bannière, baptisée Unify, pour dégager des synergies, notamment sur le plan commercial. Au menu également : le rachat du pôle télévision de Lagardère de la part de M6, et le baromètre sur la confiance dans les médias signé Kantar/La Croix.

Cette semaine, le Media Week Report vous dévoile comment Twitter est parvenu à devenir rentable, alors que L’Express se prépare à faire peau neuve avec son nouveau patron Alain Weill.

Contenus liés