En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Super Bowl : les chiffres fous de l’année 2018

Jon Swallen

Chief Research Officer, Kantar Media Intelligence North America

Sport 07.02.2018 / 12:38

NickFoles

D’après les analyses de Kantar Media, le total des dépenses publicitaires pendant la diffusion du Superbowl ont atteint les 414 millions de dollars.

C’est le deuxième plus gros montant de l'histoire, après celui de l'année dernière (qui avait joué les prolongations. C'est aussi la deuxième année consécutive que ce chiffre dépasse les 400 millions de dollars.

Si l’on y intègre les dépenses d'avant-match et d'après-match sont compilées, les recettes totales de l'événement dépassent facilement les 500 millions de dollars.

- Il y a eu un total de 49 minutes et 35 secondes de publicités diffusées sur la chaine de la NFL et sur NBC. C’est le troisième plus haut total enregistré. Les annonces ont représenté 22% de la diffusion totale.

- Anheuser-Busch InBev et Fiat Chrysler Automotive ont été les plus gros annonceurs avec 4 minutes de temps publicitaire chacun. Ils ont été suivis par Toyota Motor à minutes et Amazon.com à 2:30 minutes.
En excluant les messages promotionnels diffusés par NBC et la NFL, il y a eu un total de 62 spots diffusés par 45 annonceurs différents appartenant à 37 sociétés distinctes.

- Les constructeurs automobiles ont été la catégorie principale pendant le match, avec 11 spots et 9 minutes de temps de diffusion. L’alcool et essentiellement la bière, (toutes issues de Anheuser-Busch InBev), était la deuxième plus grande catégorie avec six spots et 4 minutes de messages. Hollywood et les télécommunications suivaient de près. Ces quatre catégories représentent 40% du temps publicitaire total des annonceurs.

- On ne compte que quatre nouveaux annonceurs cette année. C’est le plus faible nombre depuis 10 ans et moins de la moitié du nombre des 4 Super Bowl précédents.

Parmis les nouvelles recrues, on compte l’office du tourisme d’Australie, Blacture.com, Giant Bomb (un éditeur de jeux mobiles) et Monster (des écouteurs audio).

Sur les 49 sociétés qui ont diffusé de spots en 2017, 22 étaient absentes cette année, soit un pour un taux de perte de 45%. C’est exactement la moyenne des dix Super Bowls précédents (2008-2017).

Parmi les 11 entreprises qui participaient pour la première fois en 2017, dix ne sont pas revenues cette année – soit un taux de décrochage de 91%. Seul Turkish Airlines est revenue cette année.

Infographie _Superbowl _2018-14h 47

Source : Kantar Media

Notes de la rédaction

N'oubliez pas de nous suivre sur Twitter : @KantarFR et de vous inscrire à notre newsletter. 

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés