En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (décembre 2017) : embellie de la popularité du couple exécutif

Emmanuel Rivière

Directeur France

Politique 30.11.2017 / 09:00

macron-philippe

La vague de décembre de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 27 novembre 2017.

La dernière vague de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint réalisé pour le Figaro Magazine révèle une embellie de la popularité du couple exécutif ce mois-ci et une progression de la cote d’avenir de Laurent Wauquiez auprès des sympathisants des Républicains.

Les cotes de confiance de l'exécutif en progression

Dans cette nouvelle enquête, la confiance portée à Emmanuel Macron augmente de 4 points par rapport au mois précédent. Désormais, 42% des Français disent faire confiance au président de la République pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement (contre 54% qui ne lui font pas confiance, -3 points). Ce niveau de confiance est comparable à celui enregistré en septembre dernier (41%).

Le gain de popularité du président est d’abord le fait des sympathisants de la droite parlementaire : par rapport au mois dernier, il gagne 12 points auprès des sympathisants des Républicains, qui sont désormais un sur deux à lui faire confiance (53%). Dans une moindre mesure, après des séquences qui avaient éloigné ces électorats – ordonnances sur le code du travail, réforme de l’ISF - il regagne également des points auprès de segments qui lui restent très largement hostile : les sympathisants frontistes (17%, +6 points), mais aussi ceux de la France Insoumise (24%, +8 points), alors que les sympathisants socialistes se montrent, eux, toujours plus défiants envers le président de la République (35%, -16 points). Par ailleurs, la cote de confiance d’Emmanuel Macron progresse notablement chez les retraités ce mois-ci (51%, +11 points).

Le Premier ministre connaît un regain de popularité comparable : 40% des Français déclarent lui faire confiance, soit 4 points de plus que lors de notre précédente enquête (contre 50% qui ne lui font pas confiance, -4 points).

Edouard Philippe voit également sa popularité progresser à droite, mais de manière moins forte : 50% des sympathisants LR lui font confiance (+3 points). A l’instar du président de la République, sa cote de confiance augmente, mais reste faible, chez les sympathisants FN (16%, +4 points) et de la France Insoumise (25%, +11 points), tout en reculant chez les sympathisants PS (34%, -11 points).

Laura Flessel fait son entrée à la troisième place de notre baromètre

Le classement des cotes d’avenir des personnalités politique est toujours dominé par Nicolas Hulot, qui perd cependant 4 points par rapport au mois dernier (47% des Français souhaitent qu’il joue un rôle important au cours des mois et années à venir). La deuxième place reste occupée par Jean-Luc Mélenchon, dont la cote d’avenir est également en baisse (31%, -4 points). Testée pour la première fois dans notre baromètre, la ministre des Sports, Laura Flessel, fait son entrée à la troisième place (27%), au niveau d’Alain Juppé (27%, -1 point). Après avoir souhaité une alliance centriste en vue des élections européennes de 2017, le maire de Bordeaux recule très fortement auprès des sympathisants LR (37%, -22 points).

Tout juste élu délégué général de la République en Marche, Christophe Castaner voit sa cote de confiance fortement progresser ce mois-ci (18%, +5 points).

Opinion vis-à-vis des partis : détérioration de l’image de la France insoumise

Posée tous les trois mois, notre question sur l’opinion à l’égard des partis montre une relative stabilité, à l’exception de la France Insoumise dont l’image se dégrade assez fortement alors qu’avait lieu la convention du mouvement ce week-end : 28% des Français déclarent avoir une bonne opinion de ce mouvement (-5 points par rapport à septembre). Les partis bénéficiant de la meilleure image auprès des Français restent EELV, en progression (41%, +3 points), et la République en Marche (39%, stable). Les deux grands partis traditionnels du paysage politique français, le Parti socialiste et les Républicains, demeurent en retrait par rapport à ces trois mouvements, avec respectivement 22% (+2 points) et 21% (stable) de bonnes opinions. Quant au Front national, il enregistre un de ses plus bas scores depuis l’accession de Marine Le Pen à sa présidence (16%, -1 point).

Une campagne pour la présidence des républicains sans enthousiasme

A quelques jours du premier tour de l’élection du président des Républicains, la cote de confiance de Laurent Wauquiez remonte auprès des sympathisants des Républicains : 48% d’entre eux souhaitent lui voir jouer un rôle important au cours des mois et années à venir (+7 points en un mois). Néanmoins, sa cote de confiance auprès de l’ensemble des Français est faible et en baisse (12%, -2 points).

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

 

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-onepoint réalisée du 23 au 27 novembre 2017, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en octobre 2017

Louis Vuitton, Hermès et L’Oréal Paris se partagent le podium du classement BrandZ Top 50 des marques françaises les plus valorisées au monde, publié aujourd’hui pour la première fois en France, par WPP et Kantar Millward Brown

Étude Kantar Sofres-onepoint réalisée pour Le Figaro Magazine du 22 au 24 novembre 2017.

La vague de décembre de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 27 novembre 2017.

Comment certains acteurs du secteur privé pourraient réussir là où Barack Obama et Angela Merkel ont échoué

Contenus liés