En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (novembre 2017) : relative stabilité du couple exécutif

Emmanuel Rivière

Directeur France

Politique 02.11.2017 / 09:00

macron-philippe

La vague de novembre de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 28 octobre 2017.

La dernière vague de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint réalisé pour Le Figaro Magazine montre une relative stabilité des opinions à l’égard du couple exécutif ce mois-ci, en dépit d’une actualité politique chargée, avec notamment le débat budgétaire, mais également la première intervention télévisée du président depuis son élection, « Le grand entretien », le 15 octobre dernier.

Les cotes de confiance de l'exécutif restent stables ce mois-ci

La confiance à l’égard du président de la République reste stable par rapport au mois dernier : 38% des Français disent faire confiance à Emmanuel Macron pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement (-1 point par rapport à octobre) contre 57% qui ne lui font pas confiance (+1 point). Ce niveau de confiance, le plus bas depuis son élection, est à peu près comparable à celui enregistré par François Hollande au même moment de son mandat (36% en novembre 2012).

Néanmoins, dans le détail, la structuration des soutiens du président actuel se modifie et connaît un rééquilibre entre sympathisants de gauche et de droite. Après un recul de confiance prononcé le mois dernier chez les sympathisants socialistes et une hausse chez les sympathisants de LR, sans doute en raison de la mise en place de réformes bugdétaires comme la modification de l’ISF, en novembre Emmanuel Macron regagne des points auprès des sympathisants socialistes (51%, +16 points) et en perd auprès des sympathisants des Républicains (41%, - 10 points).

La cote de confiance d’Edouard Philippe connaît la même évolution : stable auprès de l’ensemble des Français (36% déclarent faire confiance au Premier ministre pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement, -1 point), elle augmente néanmoins auprès des sympathisants socialistes (45%, +11 points) et diminue auprès des sympathisants LR (47%, -6 points).

La stabilité prévaut également pour les cotes d'avenir des personnalités politiques

Les cotes d’avenir des personnalités politiques, y compris des membres du gouvernement, restent aussi globalement stables ce mois-ci. Nicolas Hulot conserve ainsi sa place en tête du classement : 51% des Français souhaitent qu’il joue un rôle important au cours des mois et années à venir. Alors que sa cote d’avenir était en baisse continue depuis son entrée au gouvernement, le mouvement est stoppé ce mois-ci puisqu’il gagne 2 points par rapport à octobre. Le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon garde la deuxième place dans le classement malgré une légère baisse (35%, -3 points).

Suivent ensuite Alain Juppé et Benoît Hamon, qui bénéficient tous deux d’une cote d’avenir de 28%. Benoît Hamon garde ainsi sa place de leader du classement parmi les personnalités socialistes, devant Anne Hidalgo qui voit sa cote d’avenir augmenter de 2

points (27%), Bernard Cazeneuve (25%, +4 points), Martine Aubry (24%, -1 point) et Ségolène Royal (22%, +1 point).

Outre Bernard Cazeneuve, Richard Ferrand connaît également une progression notable ce mois-ci. Plus visible ces dernières semaines, sa cote d’avenir augmente de 5 points (à 10%).

Enfin, à un mois et demi du scrutin pour la présidence du parti Les Républicains, la cote de confiance de Laurent Wauquiez reste stable, à 14% auprès de l’ensemble des Français, mais le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes perd 8 points auprès des sympathisants Les Républicains par rapport au mois dernier (41%).

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

 

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-onepoint réalisée du 25 au 28 octobre 2017, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés