En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

L'image de la droite vue par les Français et les sympathisants de la droite

Carine Marcé

Directrice associée, Kantar Public

Politique 01.12.2017 / 09:00

qtq80-1iNKMl-1024x686

Étude Kantar Sofres-onepoint réalisée pour Le Figaro Magazine du 22 au 24 novembre 2017.

Réalisée deux semaines avant le premier tour de l'élection du président des Républicains, l'enquête Kantar Sofres-onepoint pour Le Figaro Magazine souligne les nombreux défis auxquels la droite est confrontée au terme d'une année qui a vu son candidat éliminé au premier tour de l'élection présidentielle et son groupe parlementaire ramené à une centaine de députés alors même que cette élection paraissait imperdable pour la droite.

Une image à reconstruire

Le sondage démontre assez nettement l'image très détériorée de la droite au terme de cette année électorale : une nette majorité de Français juge en effet que la droite n'a pas de solutions aux problèmes du pays (54% contre 23% d'un avis contraire), est éloignée des préoccupations des gens (59% contre 20%) et qu'elle n'a pas de bons dirigeants (62%).

Le jugement est évidemment très tranché dans l'électorat de gauche et celui de La République en Marche. Au coeur de son électorat, les personnes interviewées se montrent certes majoritairement positives sur les solutions qu'apportent la droite aux problèmes du pays et sa proximité aux préoccupations des gens mais restent critiques sur la valeur de ses dirigeants.

Les personnalités qui incarnent l'avenir de la droite

Ce jugement sévère se confirme lorsqu'on demande quelles sont les personnalités qui incarnent le mieux l'avenir de la droite. Au sein de l'électorat de droite LR-UDI, seules deux personnalités émergent : Laurent Wauquiez (35%) et François Baroin (34%) suivis par Nicolas Sarkozy (28%) et Alain Juppé (22%) – deux personnalités qui ont pourtant déclaré être en retrait de la vie politique.

L'éparpillement est encore plus frappant lorsqu'on considère les réponses de l'ensemble des Français : Alain Juppé arrive alors en tête avec seulement 15% des réponses suivi par l'actuel Premier ministre, Édouard Philippe, largement cité par les sympathisants de La République en Marche ; près de deux Français sur cinq ne citent d'ailleurs aucune personnalité soulignant ainsi l'absence de leadership dans cette famille politique.

Les thèmes porteurs pour la droite

Les thèmes que les électeurs LR-UDI mettent en avant comme porteurs pour la droite font plus consensus : on trouve largement en tête citée par plus d'un électeur de droite sur deux, la maîtrise de l'immigration (58%) suivie par la lutte contre le chômage (46%) et la lutte contre la délinquance et la sécurité (43%). Lorsqu'on regarde les réponses données par l'ensemble des Français, celles-ci sont plus éparpillées avec dans une hiérarchie resserrée des propositions portant, comme l'électorat de droite, sur la lutte contre le chômage et la maîtrise de l'immigration, mais également l'avenir des retraites et la lutte contre le terrorisme.

Les alliances pour les prochaines élections

Le sujet des alliances pour les prochaines élections a ressurgi dans l'actualité avec les propos d'Alain Juppé décryptés comme un appel à une alliance entre La République en Marche avec l'UDI et Les Républicains même si l'ancien Premier Ministre a ensuite nuancé ses propos. De son côté, Marine Le Pen a également invité Les Républicains à faire des listes communes aux prochaines élections.

Du côté des électeurs LR-UDI, la réponse est claire en ce qui concerne une alliance avec le Front national : 65% y sont opposés contre 27% favorables. Ils se montrent beaucoup plus partagés sur une alliance avec La République en Marche avec 45% qui s'y déclarent favorables et 42% opposés.

Inversement du côté des électeurs LREM, comme des électeurs du Front national, la perspective d'une alliance avec la droite est accueillie très favorablement : 76% pour les électeurs LREM, 70% pour les électeurs du FN.

Voir l'ensemble des résultats :

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-onepoint, réalisée online du 22 au 24 novembre 2017, pour Le Figaro Magazine, auprès d'un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés