En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

L'avenir de la gauche à la veille du congrès du PS

Carine Marcé

Directrice associée, Kantar Public

Politique 04.04.2018 / 13:00

melenchon-hamon-21-01-2010

Réalisée peu de temps avant le congrès du PS, l’enquête Kantar Sofres-onepoint pour l’Obs révèle une gauche en difficulté : une image qui ne convainc pas et des dirigeants qui ont du mal à incarner la gauche.

Toutefois, la gauche bénéficie de niveaux de confiance satisfaisants concernant certains thèmes fédérateurs : inégalités sociales, santé et assurance maladie, pouvoir d’achat, chômage et environnement.

Une image à reconstruire

A l’issue d’une année électorale mouvementée, assortie d’une recomposition du paysage politique, cette enquête montre une image affaiblie de la gauche tant sur le plan des idées que sur sa capacité à les mettre en oeuvre ou son poids poliltique : seuls 21% des Français estiment qu’elle défend bien les valeurs auxquelles on croit, 17% qu’elle a des solutions aux problèmes du pays et 12% qu’elle a de bons dirigeants. Des jugements sévères également quant à sa position dans le paysage politique : 16% pensent que c’est la principale force d’opposition à l’action d’Emmanuel Macron et seulement 9% qu’elle est majoritaire dans le pays.

L’image de la gauche est légèrement meilleure auprès des sympathisants de gauche (et en particulier chez les sympathisants PS) : au coeur de son électorat, les personnes interviewées se montrent certes majoritairement positives sur sa proximité aux préoccupations des gens mais restent critiques sur la valeur de ses dirigeants (28% pensent qu’elle a de bons dirigeants).

Les thèmes porteurs pour la gauche

Du point de vue des sympathisants de gauche, les thèmes prioritaires aujourd’hui en France regroupent en premier lieu la réduction des inégalités sociales (52%), la santé et l’assurance-maladie (50%), le pouvoir d’achat (48%) la lutte contre le chômage (47%), et la protection de l’environnement (47%). Des thèmes fédérateurs pour lesquels la gauche est jugée crédible par plus d’un sympathisant sur 4. Elle bénéficie de niveaux de confiance de même gandeur pour d’autres thèmes qui arrivent plus bas dans la hiérarchie des priorités comme l’avenir des retraites, la préservation des services publics, l’accès au logement, la défense des exclus ou encore le partage du travail.

Les personnalités qui incarnent la gauche aux yeux des Français

Les personnalités qui incarnent le mieux la gauche sont Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Martine Aubry. Une vision évidemment très différenciée selon les électorats : chez les sympathisants de la France Insoumise, c’est Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête (73%), suivi de Benoît Hamon (31%) et Christiane Taubira (25%) tandis que les sympathisants socialistes placent la candidat à la présidentielle 2017 en première position (46%), suivi de Martine Aubry (33%) puis François Hollande (31%). Pour les sympathisants de la République En Marche, c’est Ségolène Royal qui occupe la première place (24%).

Les priorités pour le Parti Socialiste

A la veille du congrès du PS, les Français perçoivent 3 priorités dominantes pour le Parti socialiste : comprendre les raisons de ses échecs (45%), préparer un projet pour la France (38%) et renouveler ses dirigeants (37%). Viennent ensuite des dimensions plus minoritaires : rassembler toutes les composantes de la gauche (14%), choisir un candidat pour l’élection présidentielle de 2022, combattre le Front National (10%), et en dernier, soutenir l’action d’Emmanuel Macron et du gouvernement (9%).

Pour les sympathisants socialistes, les priorités en tête sont identiques mais celle qui prédomine concerne le renouvellement des dirigeants du parti (53%) ; puis en deuxième la préparation d’un projet pour la France (49%) et en troisième le retour sur les raisons de ses échecs (45%). Les autres dimensions sont en retrait, néanmoins le rassemblement de toutes le composantes de la gauche est une priorité pour près d’un tiers des sympathisants socialistes (31%) et 24% estiment que le choix d’un candidat pour l’élection présidentielle de 2022 doit faire partie des priorités du PS aujourd’hui.

Enfin, à l’égard du gouvernement et d’Emmanuel Macron, les sympathisants socialistes sont plus nombreux à souhaiter une politique d’opposition ferme (43%) tandis que 24% aimeraient que le PS adopte une attitude positive. Une minorité ne souhaite pas de changement à l’attitude actuelle (18%).

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-onepoint réalisée en ligne du 16 au 20 mars 2018, pour L'OBS auprès d'un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’individu) et stratification par région.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés