En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Les inégalités en Europe : regards croisés entre la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni

Emmanuel Rivière

Directeur France

Politique 17.05.2018 / 09:00

visuel-inegalites-623204022

Notre étude réalisée par le Centre Kantar sur le Futur de l’Europe fait le point sur la perception des inégalités dans 4 pays européens : la France, l’Allemagne, les Pays Bas et l’Angleterre.

Principal enseignement : les Allemands estiment à 82% que les écarts entre riches et pauvres se sont accrus durant les dix dernières années, pour 64% des Français. Et d’après Emmanuel Rivière, "l’accroissement des inégalités est l’un des reproches majeurs que l’opinion allemande fait à Angela Merkel, bien plus que sa gestion de la question des migrants comme on le croit". 

Dans les deux autres pays étudiés par le Centre Kantar sur le Futur de l’Europe, le sujet est également clivant  : aux Pays-Bas, 59% des Hollandais pensent que les inégalités ont augmenté depuis dix ans et au Royaume-Uni, seulement 36%.

Faut-il y voir une fracture entre les pays de tradition sociale (France et Allemagne) et les pays les plus libéraux (Pays-Bas, Royaume-Uni) ?

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Étude Kantar Public réalisée online pour L'OBS dans 4 pays :

France
Du 11 au 13 avril 2018, auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) après stratification par région.

Allemagne
Du 29 mars au 9 avril 2018, auprès d'un échantillon de 1018 personnes représentatif de la population allemande âgée de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) après stratification par région.

Pays-Bas
Du 13 au 17 avril 2018, auprès d'un échantillon de 1068 personnes représentatif de la population néerlandaise âgée de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, niveau d’étude, taille du ménage, préférences politiques – dernières élections nationales) après stratification par région.

Royaume-Uni
Du 12 au 16 avril 2018, auprès d'un échantillon de 1208 personnes représentatif de la population britannique âgée de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas (sexe, âge) après stratification par région.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés