En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (décembre 2019) : A la veille de la journée de mobilisation du 5 décembre, la popularité des deux têtes de l'exécutif est en baisse

Emmanuel Rivière

CEO Kantar, Division Public, France

Politique 04.12.2019 / 11:00

macron-philippe

La vague de décembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 26 au 30 novembre 2019.

Réalisée du 26 au 30 novembre, à quelques jours d'une journée de mobilisation qu'on annonce d'ampleur contre la réforme des retraites, la dernière vague du baromètre Kantar-onepoint pour le Figaro Magazine montre une baisse de la confiance accordée par les Français au président de la République et au Premier Ministre, et un renforcement du pessimisme de l’opinion.

Après une amélioration en septembre un regain de pessimisme dans l'opinion

Un an après le début de la crise des Gilets Jaunes et à quelques jours de la journée de grève du 5 décembre contre la réforme des retraites et la politique du Gouvernement, les Français témoignent d’un regain de pessimisme. Près des trois quarts d’entre eux (72%) considèrent que les choses ont tendance à aller plus mal en France, un sentiment en hausse de 7 points par rapport à septembre 2019, tandis que seuls 12% estiment que les choses vont en s’améliorant (-4 points).

Ce sentiment de pessimisme atteint son troisième niveau le plus élevé depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les deux niveaux plus élevés ayant été enregistrés successivement en décembre 2018 (84%) et en mars 2019 (74%), en plein mouvement des Gilets Jaunes.

Cette hausse du pessimisme s’observe auprès de toutes les catégories politiques, mais est particulièrement forte chez les sympathisants des Républicains (78%, +20 points).

Dans ce contexte de tensions, la cote de confiance dans le couple exécutif est en baisse

Alors que le mois de décembre s’annonce délicat pour le chef de l’Etat,sa cote de confiance enregistre une baisse de 3 points en un mois, pour se situer à 27%, tandis que la défiance à son égard augmente de 3 points (à 70%). Ce niveau reste toutefois meilleur qu’il y a un an : en décembre 2018 la cote de confiance d’Emmanuel Macron était descendue à 21%.

Si la cote de confiance d’Emmanuel Macron est en baisse chez la quasi-totalité des catégories de la population, il conserve une confiance plus importante chez les personnes âgées de 65 ans et plus (34%, -3 points) et chez les cadres et professions intellectuelles (42%, +1 point). En revanche, chez les sympathisants des grandes formations politiques sa confiance s’effrite, à l’exception des sympathisants de la République en Marche (80%, -2 points). Il enregistre notamment une baisse importante chez les sympathisants d’Europe-Ecologie Les Verts (32%, -6 points) et des Républicains (30%, -6 points). Toutefois, alors que la mobilisation contre la réforme des retraites s’annonce forte dans le secteur public, la cote de confiance d’Emmanuel Macron s’établit au même niveau chez les salariés du public (22%, -2 pts) et ceux du privé (22%, en nette baisse de -11 pts).

La cote de confiance du Premier ministre enregistre également une baisse, pour le troisième mois consécutif, et s’établit à 27%(-2 points depuis le mois précédent, et -5 points depuis septembre 2019). Comme pour le président de la République, le Premier ministre bénéficie d’une opinion plutôt positive chez les personnes âgées de 65 ans et plus (39%, +1 point) et chez les cadres et professions intellectuelles (42%, +2 points). Contrairement au Président, le Premier Ministre voit sa cote de confiance augmenter chez les sympathisants des Républicains, son parti d’origine, chez qui il conserve une confiance plutôt élevée (41%, +4 points). En revanche, s’il conserve la confiance d’une majorité des sympathisants de la République en Marche, on note chez eux une baisse marquée (-10 points à 72%).

Les cotes d'avenir de plusieurs figures du gouvernement sont en baisse

Dans l’ensemble, les cotes d’avenir des différents hommes et femmes politiques testés dans notre baromètre demeurent relativement stables, Nicolas Hulot étant toujours de très loin la personnalité dont les Français souhaiteraient le plus qu’elle joue un rôle important au cours des mois et des années à venir (46%, -1 point).

Plusieurs personnalités de la majorité gouvernementale voient leurs cotes d’avenir baisser, à l’image de Jean-Michel Blanquer (12%, - 2 points), Gérald Darmanin (9%, -3 points), Muriel Pénicaud (7%, -2 points) et Richard Ferrand (6%, -2 points). Seul Christophe Castaner enregistre une hausse (14%, +2 points), même s’il demeure à un niveau relativement bas.

A l’inverse, les cotes d’avenir de plusieurs personnalités de droite enregistrent une hausse. C’est notamment le cas de Marine Le Pen (22%, +4 points), qui est désormais la septième personnalité avec la cote la plus élevée (à égalité avec Jean-Luc Mélenchon) et de Marion Maréchal (18%, +2 points).

Certaines personnalités des Républicains voient également leurs cotes d’avenir augmenter. C’est le cas de François Baroin (21%, +3 points), Valérie Pécresse (17%, +2 points) ou encore Rachida Dati (14%, +2 points), officiellement candidate pour le parti Les Républicains à la mairie de Paris.

L'opinion sur les partis temoigne d'une certaine mefiance vis-à-vis de ces acteurs

Longtemps acteurs clés de la vie politique, les partis politiques souffrent auprès des Français d’une mauvaise image. Seule exception parmi les grandes formations, Europe-Ecologie Les Verts bénéficie d’une opinion plutôt positive (50%), même si elle enregistre une forte baisse : -6 points depuis septembre et -13 points depuis juin 2019. Le parti écologiste avait alors atteint un pic après son bon score aux élections européennes.

Aucun autre parti ne bénéficie d’une majorité de bonnes opinions. Les deux partis arrivés en tête lors des élections européennes, le Rassemblement National et la République en Marche enregistrent tous les deux une baisse de leur popularité : 16% pour le Rassemblement National (-1 point) et 26% pour la République en Marche (-3 points).

Retrouvez l'ensemble des résultats ci-dessous :

Source : Kantar

Notes de la rédaction

Enquête Kantar-onepoint réalisée du 26 au 30 novembre 2019, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Le baromètre sur la confiance des Français dans les médias, réalisé tous les ans par Kantar pour La Croix, décrit l’évolution des pratiques en matière d’informations des Français, évalue la crédibilité qu’ils accordent aux différents moyens d’information depuis 1987.

La vague de janvier du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 2 au 6 janvier 2020.

Le baromètre Kantar / Paul Delouvrier mesure l'opinion des Français vis-à-vis des services publics de l’État (leur image) et la satisfaction des usagers qui ont eu recours à ces services publics au cours de la période récente.

La vague de décembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 26 au 30 novembre 2019.

Women Political Leaders (WPL), le réseau mondial de femmes en politique, et Kantar, un des plus importants réseaux de veille, d'études et de conseil au monde, publient la 2e édition de l'index de Reykjavik, à l'occasion du Forum mondial des femmes dirigeantes qui se tient à Reykjavik, en Islande, du 18 au 20 novembre.

Contenus liés