En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (janvier 2019) : une défiance généralisée à l'égard de la classe politique

Emmanuel Rivière

CEO Kantar Public France

Politique 10.01.2019 / 09:00

macron-philippe

La vague de janvier de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 3 au 7 janvier 2019.

Réalisée du 3 au 7 janvier 2019, à cheval sur l’acte VIII des gilets jaunes, la dernière vague du baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine révèle une légère décrispation à l’égard du couple exécutif après la période de noël et les différentes annonces faites en décembre : annulation de la taxe carbone, hausse de la prime d’activité, défiscalisation des heures supplémentaires, prime de fin d’année, annulation de la hausse de la CSG pour une partie des retraités, annonce du grand débat national, … Pour autant, les résultats décrivent un contexte de défiance généralisée à l’égard de la classe politique.

Légère hausse pour le couple exécutif

Après la forte chute enregistrée début décembre, la cote de confiance du président de la République regagne 1 point en ce début d’année (voir la précédente vague du baromètre réalisée du 29 nov. au 3 déc. 2018 avant les annonces d’Emmanuel Macron) : les Français sont 22 % à lui faire confiance pour résoudre les problèmes qui se posent actuellement en France, contre 75 % qui ne lui font pas confiance (-2 points). Une légère amélioration est perceptible auprès des plus âgés (31 % ; +5 points), ou encore auprès des sans préférence partisane (17 % ; +4 points) et des employés et ouvriers (12 % ; +3 points) pour qui le niveau reste tout de même très faible. En revanche, la confiance baisse chez les cadres et professions intellectuelles (32 % ; -12 points) et les catégories aisées (38 % ; -6 points), ainsi que chez les chômeurs (7 % ; -8 points).

Parallèlement, la cote de confiance du Premier ministre s’établit à 25 % (+3 points) et suit les mêmes évolutions : la confiance se rétablit à 36 % chez les 65 ans et plus (+10 points), décrispation chez les ouvriers (12 % ; +5 points) et les sans préférence partisane (19% ; +4 points), à l’inverse la confiance à l’égard d’Edouard Philippe chute auprès des cadres (33 % ; -9 points), des professions intermédiaires (18 % ; -10 points) et des catégories aisées (39% ; -8 points), ainsi que chez les chômeurs (5 % ; -12 points).

Une défiance généralisée à l'égard de la classe politique

En janvier, la plus forte cote d’avenir enregistrée sur les 40 personnalités testées plafonne à 44 % (Nicolas Hulot ; -2 points), ensuite aucune personnalité ne dépasse 25 %. Seules 6 personnalités ont une cote d’avenir supérieure à 20 % et la cote d’avenir moyenne n’atteint que 14 %.

Si la plus forte cote d’avenir du gouvernement n’est que de 19 % (Jean-Yves Le Drian), les cotes d’avenir des chefs de partis politiques ne sont pas beaucoup plus élevées : 23% pour Jean-Luc Mélenchon (-6 points), 21 % pour Benoît Hamon (-2 points), 19 % pour François Bayrou et Marine Le Pen (resp. -3 points et -1 point), 14 % pour Nicolas Dupont-Aignan (-2 points), 11 % pour Laurent Wauquiez (-3 points), 9 % pour Hervé Morin et 6 % pour Jean-Christophe Lagarde (+1 point).

Evolution de la cote d’avenir moyenne
des 5 premières personnalités du baromètre depuis 2000 :

Baro -figmag -2019-01-graph

Retrouvez l'ensemble des résultats ci-dessous :


Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar Sofres-onepoint réalisée du 3 au 7 janvier 2019, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

A 80 jours des élections européennes, le contexte est sensible pour l’exécutif en France.

Par Giulia Guglielmi et Gwenaelle Lepeltier

Analyse de Guillaume Caline, Directeur de clientèle, Kantar Public

Classement des enseignes de grande distribution pour la période du 21 janvier au 17 février 2019

Enquête Kantar Sofres-onepoint, réalisée du 21 au 25 février 2019, pour France Info et Le Monde.

Contenus liés