En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (juin 2019) : les cotes de confiance de l'exécutif en hausse après les élections européennes

Emmanuel Rivière

CEO Kantar, Division Public, France

Politique 06.06.2019 / 11:00

macron-philippe

La vague de juin du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 28 au 31 mai 2019.

Dans notre enquête réalisée une semaine après les élections européennes, les cotes de confiance du président de la République et du Premier ministre s’améliorent, retrouvant presque leur niveau précédant le mouvement des Gilets Jaunes. Et après leur troisième place au scrutin du 24 mai, les écologistes d’EELV connaissent une très forte hausse de popularité.

Les cotes de confiance de l'exécutif en hausse apres les elections europeennes

Quelques jours après les élections européennes où la deuxième place de LREM a été analysée comme une « demi-victoire » par la presse, Emmanuel Macron connaît un regain de popularité : 29% des Français déclarent désormais faire confiance au président de la République pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement, soit 4 points de plus qu’en mai. Ainsi, la cote de confiance d’Emmanuel Macron est au plus haut depuis 8 mois et revient pratiquement à son niveau d’octobre (30%), avant le déclenchement du mouvement des Gilets Jaunes.

La confiance à l’égard d’Emmanuel Macron augmente plus particulièrement auprès des classes moyennes (+7 points) et en termes politiques, auprès des sympathisants des Républicains (38% d’entre eux disent lui faire confiance, +11 points en un mois) et de ceux d’EELV (26%, +11 points).

Le Premier ministre bénéficie également d’une hausse de sa popularité, mais d’une moins grande ampleur : 28% des Français déclarent faire confiance à Edouard Philippe, soit 2 points de plus qu’en mai. Comme pour le président, c’est auprès des classes moyennes (+6 points auprès de la catégorie moyenne inférieure et +4 points auprès de la catégorie moyenne supérieure), des sympathisants d’EELV (+9 points) et de LR (+4 points) que le Premier ministre enregistre des augmentations significatives de sa popularité, mais aussi auprès des sympathisants socialistes (+6 points).

Cotes d'avenir : les écologistes profitent de leur succès aux élections européennes

Nicolas Hulot reste la personnalité en tête du classement des cotes d’avenir. Sa cote augmente même par rapport au mois dernier (49% des Français souhaitent qu’il joue un rôle important au cours des mois et années à venir, +4 points par rapport à mai) atteignant son plus haut niveau depuis sa démission du gouvernement.

Yannick Jadot, en très forte progression après le succès de la liste EELV aux élections européennes, est désormais en deuxième place du classement (26%, +15 points). Cette augmentation de sa cote d’avenir découle en partie d’une hausse de notoriété après la médiatisation de la tête de liste écologiste lors de la campagne des élections européennes (la part de répondants se déclarant « sans opinion » à son égard recule de 9 points en un mois), mais ne s’y réduit pas : la proportion de répondants ayant une opinion négative de la tête de liste d’EELV recule de 6 points en un mois. Le député européen est particulièrement apprécié des sympathisants EELV (40%, +17 points) mais bénéficie d’une cote d’avenir encore plus élevée auprès des sympathisants LREM (48%, +26 points), tout en augmentant également fortement sa popularité à gauche (33%, +14 points auprès des sympathisants du PS, 38%, +17 points auprès des sympathisants de la France Insoumise).

Les cotes d’avenir des autres têtes de liste pour les élections européennes progressent également suite à leur médiatisation durant la campagne. Ainsi, Nathalie Loiseau, tête de la liste LREM, gagne 7 points d’opinions positives (et 3 points d’opinions négatives) en un mois et Raphaël Glucksmann, en première position de la liste PS-Place Publique, 5 (contre 2 d’opinions négatives). La notoriété de François-Xavier Bellamy, la tête de liste de LR, progresse de 10 points, mais, contrairement à ses concurrents, principalement au profit des opinions négatives (+2 points d’opinions positives et +8 points d’opinions négatives).

A l’inverse, d’autres personnalités voient leur cote d’avenir reculer significativement ce mois-ci, après des résultats jugés décevants pour leur parti aux élections européennes : Jean-Luc Mélenchon perd ainsi 4 points (à 23%), comme Benoît Hamon (à 20%) et Nicolas Dupont-Aignan (à 10%). Laurent Wauquiez en perd 5 (à 10%) dans notre enquête réalisée avant l’annonce de sa démission de la présidence des Républicains. 

Alors que le RN a réalisé son ambition d’arriver en tête aux élections européennes, la cote d’avenir de Marine Le Pen reste stable (23%, +1 point), à son plus haut niveau depuis l’élection présidentielle.

L'opinion sur les partis : très forte amélioration de l'image D'EELV

Europe Écologie - les Verts était déjà le parti dont les Français avaient la meilleure image et cette image s’améliore encore avec leur troisième position aux élections européennes le 26 mai : désormais 63% des Français disent avoir une bonne opinion du parti écologiste (+18 points par rapport à notre précédente mesure en mars dernier). Un mouvement similaire avait été enregistré après le succès de la liste Europe Ecologie aux élections européennes de 2009 (67% de bonnes opinions en juin 2009), le parti étant arrivé également en troisième place lors de ce scrutin, tutoyant le score du PS (16,28% des voix contre 16,48% pour le PS).

Le Rassemblement national bénéficie également d’une amélioration de son image, mais nettement plus limitée. En gagnant 4 points d’opinions positives (à 20%), le parti de Marine Le Pen affiche cependant une cote d’opinion au plus haut depuis l’élection présidentielle.

Les Français disposent également d’une opinion de la République en Marche un peu meilleure que lors de notre précédente mesure (29% de « bonnes opinions », +2 points), tandis que le PS suit une évolution inverse (22%, -2 points). Quant aux Républicains, ils n’avaient jamais eu une aussi mauvaise image : avec seulement 18% de « bonnes opinions », jamais le principal parti de la droite n’avait été aussi mal perçu depuis la création de l’UMP en 2002. 

Optimisme sur la situation de la France : un léger regain d'optimisme

Les Français se montrent un peu plus optimistes sur la situation du pays : 15% des personnes interrogées estiment que « les choses vont en s’améliorant » en France (+4 points par rapport à notre précédente mesure en mars dernier). Le pessimisme reste cependant fortement majoritaire, puisque deux Français sur trois (68%, -6 points) estiment à l’inverse que « les choses ont tendance à aller plus mal. »

Retrouvez l'ensemble des résultats ci-dessous :


Source : Kantar

Notes de la rédaction

Enquête Kantar-onepoint réalisée du 28 au 31 mai 2019, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Les 3 clés du succès pour les fournisseurs des hypermarchés

A presque 3 semaines de la date fixée du Brexit et alors qu’aucun accord n’a été trouvé, Kantar et le Centre Kantar sur le Futur de l’Europe ont interrogés les Français mais aussi les Allemands, Néerlandais, Irlandais, Espagnols et Polonais sur leur perception du Brexit.

De janvier 1981 à mai 2007, nous avons mesuré chaque mois l’opinion des Français à l’égard de Jacques Chirac.

Le nouvel Indice d’Inclusion Kantar identifie les pays et les secteurs de l’économie les plus inclusifs.

Classement des enseignes de grande distribution pour la période du 5 août au 1 septembre 2019

Contenus liés