En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre politique (mai 2019) : les cotes de confiance de l'exécutif en légère baisse

Emmanuel Rivière

CEO Kantar, Division Public, France

Politique 02.05.2019 / 09:00

macron-philippe

La vague de mai du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 24 au 27 avril 2019.

Après plusieurs mois de relative amélioration, la dernière vague de notre baromètre Kantar-onepoint pour le Figaro Magazine enregistre une très légère baisse de la confiance à l’égard du président de la République et du Premier Ministre.

Celle-ci intervient après une actualité assez chargée : l’incendie de Notre-Dame le 15 avril a provoqué une intense émotion dans le pays et a également conduit Emmanuel Macron à reporter les annonces qui devaient conclure le Grand Débat National. C’est finalement au cours d’une conférence de presse que le président de la République a présenté le 25 avril ses mesures en réponse à la crise des gilets jaunes et a donné les grandes orientations pour la suite de son mandat. Réalisée du 24 au 27 avril, notre enquête ne semble pas mesurer pour l’heure d’effet de ces annonces sur la popularité de l’exécutif.

Les cotes de confiance du Président et du Premier Ministre en legère baisse dans l'opinion

Le président de la République et son Premier ministre enregistrent une très légère baisse de leur popularité :

  • 25% des Français font confiance à Emmanuel Macron pour résoudre les problèmes qui se posent à la France actuellement, soit -1 pt par rapport à la fin mars. Cette quasi-stabilité masque toutefois des mouvements contraires selon les catégories de la population : la cote de confiance du Président recule ainsi auprès des employés et ouvriers, où elle était déjà faible (-5 pts, à 12%). Elle progresse en revanche chez les plus âgés où elle était déjà plus élevée (+4 pts à 38% chez les 65 ans et plus).

  • La cote de confiance d’Edouard Philippe recule, elle, de 2 points et s’établit à 26%.

Élections Européennes : une période pré-électorale qui profite aux responsables de partis plutôt qu'aux têtes de listes

La campagne des élections européennes, qui commence timidement, semble pour le moment davantage profiter aux responsables des partis politiques qu’aux têtes de liste dont la notoriété reste assez faible.

Après avoir fortement reculé ces derniers mois, la cote d’avenir de Jean-Luc Mélenchon progresse ainsi de 3 points à 27% (elle atteint même 75% auprès des sympathisants de la France Insoumise). Celle de Marine Le Pen progresse légèrement à 22% (+1 pt, mais plus particulièrement encore chez les sympathisants LR : +11 pts, à 30%).

Si Laurent Wauquiez enregistre une légère amélioration de sa cote d’avenir auprès de l’ensemble des Français (+2 pts à 15%), il progresse fortement auprès des sympathisants LR (+14 points à 50%, en 2e position après Nicolas Sarkozy).

Les principaux partis ont fait le choix du renouvellement en désignant leur tête de liste aux élections européennes. Mais à un mois du scrutin, ces personnalités peinent à émerger dans le paysage politique. A l’exception de Benoît Hamon, qui mène la liste de son mouvement Génération.s et dont la cote d’avenir s’établit à 24% (-1 pt), les autres têtes de listes présentes dans notre baromètre restent largement méconnues. La cote d’avenir de Yannick Jadot plafonne ainsi à 11%. Raphaël Glucskmann, qui mène une liste commune Place publique-Parti socialiste-Nouvelle Donne, entre dans notre classement avec une cote d’avenir de 8%. C’est le même niveau que celui enregistré par Nathalie Loiseau, tête de la liste LaREM-MoDem, qui peut toutefois s’appuyer sur les sympathisants LaREM qui sont 24% à souhaiter voir l’ancienne Ministre des Affaires européennes jouer un rôle important à l’avenir. Enfin, la cote d’avenir de François-Xavier Bellamy, qui mène la liste Les Républicains, n’atteint que 5% auprès de l’ensemble de la population et seulement 11% chez les sympathisants LR.

Ce faible niveau de popularité (et de notoriété) des têtes de liste apparaît comme un revers de la médaille du renouvellement politique et montre que la campagne des élections européennes est loin d’avoir démarré dans l’esprit des Français.

Retrouvez l'ensemble des résultats ci-dessous :


Source : Kantar

Notes de la rédaction

Enquête Kantar-onepoint réalisée du 24 au 27 avril 2019, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Le baromètre Kantar / Paul Delouvrier mesure l'opinion des Français vis-à-vis des services publics de l’État (leur image) et la satisfaction des usagers qui ont eu recours à ces services publics au cours de la période récente.

La vague de décembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 26 au 30 novembre 2019.

Women Political Leaders (WPL), le réseau mondial de femmes en politique, et Kantar, un des plus importants réseaux de veille, d'études et de conseil au monde, publient la 2e édition de l'index de Reykjavik, à l'occasion du Forum mondial des femmes dirigeantes qui se tient à Reykjavik, en Islande, du 18 au 20 novembre.

A l'occasion de la douzième édition des Journées de l'Économie, Kantar a réalisé pour la Banque de France une étude quantitative sur les Français et leur rapport à l'économie.

La vague de novembre du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 26 octobre 2019.

Contenus liés