En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Baromètre d'image du Rassemblement National (2020)

Emmanuel Rivière

CEO Kantar, Division Public, France

Politique 06.03.2020 / 06:00

header-rassemblement-national

Enquête Kantar-onepoint, réalisée du 27 février au 2 mars 2020, pour France Info et Le Monde.

A un peu moins de 2 semaines du premier tour des élections municipales, lors desquelles le Rassemblement national espère approfondir son implantation locale, les résultats de notre baromètre annuel Kantar-onepoint pour France Info et Le Monde nous éclaire sur l’image de ce parti auprès des Français et des sympathisants RN.

Une majorité de Français estime désormais possible l’accession du RN au pouvoir en France. Pour autant, plus d’un Français sur deux continue de penser qu’il n’est pas un parti capable de gouverner

L’idée que le Rassemblement National pourrait un jour arriver au pouvoir est désormais partagée par plus de la moitié des Français(56%) soit une nette hausse de 9 points en un an et 16 points en 2 ans. Cette année c’est particulièrement auprès des sympathisants de gauche que cette idée progresse : ils sont désormais 57% dans ce cas, une progression de 15 points par rapport à l’an dernier.

Parallèlement, les Français estiment moins que les années précédentes que le Rassemblement National constitue un danger pour la démocratie, même si cette opinion reste légèrement majoritaire. Ils sont 51% dans ce cas, en recul de 7 points par rapport à 2017.

Cette double évolution témoigne de l’installation du Rassemblement National dans le paysage politique et de sa relative dédiabolisation.

Cette normalisation n’est toutefois pas complète. Ainsi, seuls 30% des Français pensent que le Rassemblement National est un parti qui a la capacité de participer à un gouvernement, et les sympathisants Les Républicains sont encore plus sévères (24%, -8 pts). La perspective d’alliances électorales entre Les Républicains et le RN reste à cet égard majoritairement refusée par les Français : seuls 32% y sont favorables et ce jugement évolue peu sur les dernières années. Les sympathisants Les Républicains y sont plus favorables mais se montrent très partagés : 48% y sont favorables contre 47% qui refusent tout accord politique.

Notons également que l’adhésion déclarée aux idées du RN ne progresse pas dans l’opinion : cette année, 26% des Français se disent en accord avec ces idées alors que cette proportion avait atteint 33% au milieu des années 2010.

Enfin, dernier signe de cette place toujours à part du Rassemblement National dans le paysage politique français : 54% des Français seraient mécontents si leur commune était dirigée par un maire RN (contre 14% qui seraient satisfaits et 29% indifférents), une proportion que l’on n’observe pour aucun des autres partis. Ainsi, 38% des Français seraient mécontents en cas d’élection d’un maire communiste ou France Insoumise, 30% LaREM ou MoDem, 23% LR et 19% socialiste. A noter, à l’inverse, que l’étiquette écologiste est celle qui bénéficie le plus d’un capital sympathie puisque 51% des Français seraient satisfaits d’avoir un maire écologiste.

Parallèlement 52% des Français sont favorables pour les élections municipales à la stratégie de « front républicain » avec une fusion des listes qui s’opposent au RN au 2nd tour pour lui faire barrage. En revanche seuls 23% pensent que le RN et LR devraient fusionner au 2ndtour – une opinion qui ne fait d’ailleurs consensus ni chez les sympathisants RN (56% y sont favorables) et LR (40%).

L’image de Marine Le Pen s’améliore sur certains aspects sans retrouver les niveaux d’avant la présidentielle de 2017

68% des Français jugent Marine Le Pen volontaire et 51% qu’elle est capable de prendre des décisions. Ces traits d’images sont stables par rapport à l’an dernier mais assez loin derrière les niveaux enregistrés avant la présidentielle de 2017 (respectivement 80% et 69%). 39% jugent qu’elle comprend les problèmes quotidiens des Français (en baisse de 5 points par rapport à l’an dernier) et 36% qu’elle est capable de rassembler au-delà de son camp : une opinion qui progresse par rapport en un an (+4 pts) mais reste bien en-deçà des niveaux atteints en 2014 (58%).

35% des Français (+2 pts) souhaitent que Marine Le Pen soit candidate en 2022, une candidature que la présidente  du RN a d’ailleurs déjà officialisée. Le fait que 95% des sympathisants RN souhaitent que la présidente de leur parti soit candidate montre qu’elle continue de faire la quasi-unanimité au sein de sa base électorale.

Si seuls 22% des Français pensent qu’elle ferait une bonne présidente de la République, cette opinion progresse pour la deuxième année consécutive et retrouve quasiment le niveau enregistré avant la présidentielle de 2017 (24%).

Voir l'ensemble des résultats de l'étude :

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Enquête Kantar-onepoint, réalisée du 27 février au 2 mars 2020, pour France Info et Le Monde, auprès d'un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d'agglomération.

Derniers articles

La vague de juillet du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 29 juin 2020.

Kantar et onepoint s'associent pour offrir une vision exhaustive des études électorales consacrées aux élections municipales, et pour analyser leur contenu et les éclairages qu'elles offrent sur les tendances nationales et les enjeux locaux.

Approbation des gouvernements face au Covid-19. Le Royaume-Uni quitte le club des bons élèves (Allemagne, Canada, Italie) et rejoint le groupe des pays où la population est sceptique, voire critique (France, USA, Japon).

La vague de juin du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 28 mai au 1er juin 2020.

Pour une majorité de Français, les chercheurs scientifiques sont en première ligne pour inventer la société de demain.

Contenus liés