En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Le regard des Françaises et des Français sur l'égalité entre les femmes et les hommes

Emmanuel Rivière

Directeur France

Societe 30.05.2018 / 08:00

visuel-egalite-522454033

Étude Kantar Public présentée à l'occasion de l'avant-première débat "Tu seras un homme, mon fils" organisée par la Fondation des Femmes, le mercredi 30 mai 2018, à Paris.

« Cette étude montre qu’il y a une réelle sensibilité de la population française à la question de l’égalité femmes-hommes. Toutefois, elle ne prend pas la dimension d'une véritable prise de conscience dont on pourrait se satisfaire en pensant que le mouvement est enclenché. Les jeunes générations d'hommes, chez qui certains stéréotypes persistent, semblent en effet en retrait par rapport à leurs aînés. » note Emmanuel Rivière, Directeur général de Kantar Public.

Une éducation insuffisante des plus jeunes concernant l'égalité femmes-hommes

Une majorité de Français (67%) pense que l'éducation des plus jeunes concernant l'égalité entre les hommes et les femmes est actuellement insuffisante. Cependant la plupart se contentent de la trouver "plutôt insuffisante", ce qui ne traduit pas une franche certitude sur la nécessité d’agir.

Les plus de 55 ans constituent le groupe de sondés dont l'opinion est la plus unanime, davantage que les jeunes générations : ils sont 77% à estimer que l'éducation des plus jeunes en ce qui concerne l'égalité hommes-femmes n'est pas suffisante.

Les parents d'enfants de moins de 20 ans sont 42% à estimer que cette éducation est suffisamment assurée aujourd'hui, contre 26% au sein du groupe de sondés qui n'ont pas d'enfants de moins de 20 ans, un différentiel qui peut suggérer que les parents sont pour partie satisfaits de l'éducation qu'ils dispensent à cet effet, quiétude qui n'est pas partagée par le reste de la population.

Représentation de la masculinité : le respect et l'attention aux autres avant le courage

Les résultats révèlent une attente forte, de la part des hommes comme des femmes, sur la valeur de respect, dans la définition de ce qu'est être "un homme" : les répondants sont 97% à estimer qu'être "un homme", c'est être "respectueux" (dont 51% "tout à fait"), et 93% à indiquer que c'est être "attentif aux autres". Néanmoins, on note un poids des stéréotypes de genre qui reste présent parmi les jeunes générations : les hommes de moins de 35 ans sont plus nombreux que la moyenne à considérer qu'être "un homme", c'est "être le meilleur" (58%) ou "ne pas pleurer" (37%), contre respectivement 30% et 11% des femmes de moins de 35 ans.

Les hommes les femmes autant acteurs du changement pour l'égalité femmes-hommes

Les Français sont une majorité à estimer que le changement pour l'égalité femmes-hommes est une affaire de femmes autant que d'hommes : respectivement 77% et 70% des sondés estime que ce sont autant les hommes que les femmes qui doivent agir pour favoriser l'égalité entre les femmes et les hommes, ou pour lutter contre les violences faites aux femmes.

À noter : les hommes sont plus nombreux à s'autodésigner dans la lutte contre les violences (24% des hommes interrogés estime que les hommes, plus que les femmes, doivent agir en priorité pour lutter contre les violences).

Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Étude réalisée en ligne u 18 au 22 mai 2018, pour la Fondation des Femmes, auprès d'un échantillon de 1005 personnes, représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’individu) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Derniers articles

Les dernières données ComTech sur les ventes de smartphones pour les trois mois se terminant en juin 2018

La "Digital Rebellion", c’est d’abord résumer 20 ans de comportements vis-à-vis du digital afin de comprendre comment nous avons réagi et agi face à ce bouleversement qui ne cesse d’impacter nos vies. C’est aussi essayer de nous projeter dans les 20 ans à venir pour mieux appréhender les enjeux que nous aurons à gérer. Séquence en 5 temps pour comprendre.

Au sein de la population française, nous sommes à peu près 70 % des individus à faire plus d’un achat online par an, en général même plutôt une vingtaine pour un budget annuel d’à peu près 1.000 euros. Les achats online commencent à réellement peser sur la consommation française, mais avec quels impacts réels sur cette consommation ?

Le monde a terriblement changé en 50 ans. En mai 68, Daniel Cohn-Bendit haranguait les foules avec un porte-voix, aujourd’hui le président Macron « tweete » quasi quotidiennement et diffuse en live ses déplacements. Au-delà des moyens de communication, ce qui a changé c’est la volonté de refaire et d’inventer un nouveau monde qui était celle des manifestants de mai 68, sensiblement différente de cette volonté de compromis si bien incarnée par le « en même temps » du président MACRON. Comment ce nouveau compromis entre les marques et les consommateurs se traduit-il, à l’ère de la rébellion digitale ?

N’ayons pas peur du digital, il est là. Que l’on parle de rébellion ou de révolution, elle a déjà eu lieu. La réalité du digital est de nous pousser à être toujours plus créatifs. Mais ne nous trompons pas, ce tempo créatif dans lequel nous sommes est extrêmement intéressant, et dans l’ère du digital, avec son champ lexical, il peut s’avérer extrêmement violent.

Contenus liés