En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

COVID-19 : Perceptions et comportements dans les pays du G7 (vague 3)

Emmanuel Rivière

CEO Kantar, Division Public, France

Societe 05.06.2020 / 10:00

Kantar-COVID-19-Vague2-RapportDEF-2

Approbation des gouvernements face au Covid-19. Le Royaume-Uni quitte le club des bons élèves (Allemagne, Canada, Italie) et rejoint le groupe des pays où la population est sceptique, voire critique (France, USA, Japon).

Kantar publie les résultats de la 3e vague de son étude sur l’impact du coronavirus, menée dans l’ensemble des pays du G7 (Canada, France, Allemagne, Japon, Italie, Grande-Bretagne, États-Unis) du 28 mai au 1er juin. Ils montrent que les niveaux d'approbation et de confiance de l’opinion à l’égard des gouvernements sont en déclin et qu'une majorité pense que leur économie nationale sera affaiblie après la COVID-19

Principaux résultats

  • L'approbation générale et la confiance à l’égard des gouvernements ont diminué, avec des différences significatives selon les pays. Dans l'ensemble des pays du G7, moins de la moitié des personnes (48%) approuvent la réponse apportée par leur gouvernement à la pandémie, (50% en avril et 54% en mars). Tous les pays, à l'exception du Japon (37%, +7), ont vu leur approbation diminuer à partir d'avril : Canada 70% (-4), Allemagne 65% (-2), Italie 65% (-6), États-Unis 42% (-4), France 41% (-2), la Grande-Bretagne ayant vu son approbation baisser de 18 points par rapport à avril, pour atteindre 51%.
  • La moitié des interviewés du G7 (50%, -4) déclarent faire confiance à leur gouvernement pour prendre les bonnes décisions à l'avenir par rapport à l'épidémie de coronavirus. En France, ce niveau de confiance se situe à 46% - niveau le plus bas des pays européens.
  • 61% des personnes interrogées au sein du G7 estiment que l’économie de leur pays sortira un peu/fortement affaiblie après la pandémie.
  • 14% des personnes interrogées (-2) déclarent avoir perdu au moins la moitié de leurs revenus
  • 1 interviewé sur 2 (52%) dit qu'il utiliserait une application de traçage. Parmi ceux qui n'utiliseraient pas d'application, les préoccupations relatives à la vie privée constituent le principal obstacle à son adoption (62 %)

Évaluation de l’action des gouvernements

Alors que les gouvernements commencent à déconfiner à des rythmes différents, peu d’interviewés estiment désormais que leur gouvernement a trouvé le bon équilibre entre la protection de l'économie et la protection de la santé des citoyens (27%, -6). 39% (+3) pensent que l'on met trop l'accent sur la protection de l'économie et pas assez sur la protection de la santé des citoyens et 22% (+3) pensent que le gouvernement met trop l'accent sur la santé plutôt que sur l'économie.

  • La fourniture par le gouvernement de masques et de tests de dépistage est jugée très/assez bonne par seulement la moitié des personnes (51% chacune)
  • 44% des personnes estiment que la coopération internationale entre les différents pays est très/assez bonne, contre 51% en avril
  • Elles sont 50% en Grande-Bretagne, en France, Allemagne et Italie à partager cet avis à propos de la coopération entre pays européens (51% en avril).

Impact sur le revenu du foyer

  • 37% des personnes interrogées (=) déclarent que le coronavirus a déjà eu un impact sur leurs revenus personnels. A quoi s’ajoutent 30% qui s'attendent à ce que cela se produise à l'avenir (-5)
  • Parmi les personnes qui déclarent avoir connu une perte de revenu personnel, 39% (-5) déclarent une perte de moitié ou plus, soit 14% (-2) des citoyens du G7
  • 45% des interviewés (-3) estiment que le soutien apporté par leur gouvernement aux personnes confrontées à une perte de revenus est très/assez bon.  En France, ils sont 48% à partager cet avis (-7).
  • De même, 41% (-4) estiment que les performances de leur gouvernement en matière de soutien aux entreprises sont assez/très bonnes, contre 50% (+3) qui les jugent médiocres

Mesures de protections contre le virus et application de traçage

  • Trois quarts des personnes interrogées (75%, +23), affirment désormais porter des masques – 78% en France.
  • Alors que certains pays du G7 se préparent à lancer des applications de traçage du virus, 52% des individus disent qu'ils seraient assez/très susceptibles d'utiliser une telle application. Les Britanniques (63%) et les Italiens (58 %) sont les plus susceptibles de l'utiliser. En France, ils sont 45% à estimer probable l’utilisation d’une appli.
  • Parmi ceux qui déclarent être assez/très peu susceptibles d'utiliser ce type d'application, les préoccupations relatives à la vie privée arrivent en tête des freins cités (62%), suivies par le fait de ne pas vouloir que le gouvernement suive leur localisation (52%) et que cela ne serait pas efficace (34%). Les inquiétudes concernant la vie privée sont les plus fortes aux États-Unis (73%) et au Canada (68%), suivis par laFrance (62%).
  • Quant aux mesures de protection de plus long terme, sept personnes sur dix (71%) déclarent qu'elles recourront certainement ou probablement à un vaccin contre les coronavirus lorsqu'il sera disponible.

Changement climatique

  • Un tiers des personnes interrogées (33%) pense qu'à la suite de l'épidémie, les mesures de lutte contre le changement climatique devraient être davantage prioritaires pour les gouvernements. Ce pourcentage est le plus élevé en Italie (48%) et le plus faible au Japon (11%). Il s’élève en France à 38%.

La vie d’après 

  • Un interviewé sur trois (31%) déclare qu'il utilisera moins les transports publics qu'auparavant lorsque les restrictions de confinement seront levées. C'est en Italie (40%), au Japon (39%) et en Grande-Bretagne (38%) que cette proportion est la plus élevée.
  • Un tiers des salariés (34%) déclarent qu'ils travailleront un peu/beaucoup plus à domicile une fois le confinement terminé, qu’avant la pandémie
  • 40% des personnes interrogées ayant des enfants disent qu'elles ne sont pas très/ pas du tout à l'aise avec l'idée de renvoyer leurs enfants à l'école, lorsque celle-ci rouvrira. 35% sont très/assez à l'aise.
  • 40% des individus déclarent que même en cas de conditions sanitaires maximales, ils fréquenteront les restaurants et les cafés un peu ou beaucoup moins souvent qu'avant. 36% disent la même chose à propos des bars et des pubs, des grands événements culturels et des cinémas.
  • A peine plus d’un individu sur 10 (12%) s’attend à un retour à la normale d’ici juillet-août. 68% s’attendent à ce que ce soit beaucoup plus long.

Voir l'ensemble des résultats :

Source : Kantar

Notes de la rédaction

7 012 interviews ont été réalisées en ligne auprès d'individus âgés de 16 ans et plus, résidant dans les pays du G7, à savoir le Canada (1 003), la France (1 001), l'Allemagne (1 001), l'Italie (1 003), le Japon (1 003), la Grande-Bretagne (1 000) et les États-Unis (1 001), entre le 28 mai et le 1er juin 2020. Les entretiens ont été menés en ligne en utilisant le panel d'accès en ligne Kantar comme source d'échantillon.

Les données ont été pondérées pour correspondre aux totaux de population par âge, sexe et éducation pour chaque pays. Pour les résultats de l'ensemble des pays du G7, les pays ont été pondérés en fonction de la taille de leur population.

Derniers articles

La vague de juillet du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 29 juin 2020.

Kantar et onepoint s'associent pour offrir une vision exhaustive des études électorales consacrées aux élections municipales, et pour analyser leur contenu et les éclairages qu'elles offrent sur les tendances nationales et les enjeux locaux.

Approbation des gouvernements face au Covid-19. Le Royaume-Uni quitte le club des bons élèves (Allemagne, Canada, Italie) et rejoint le groupe des pays où la population est sceptique, voire critique (France, USA, Japon).

La vague de juin du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 28 mai au 1er juin 2020.

Pour une majorité de Français, les chercheurs scientifiques sont en première ligne pour inventer la société de demain.

Contenus liés