En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Le regard des Françaises et des Français sur l'égalité entre les femmes et les hommes

Camille Morisson

Chef de groupe

Societe 06.03.2020 / 07:00

627034386

2e édition du baromètre Priorité femmes : la lutte contre les violences faites aux femmes toujours au cœur des priorités des Français.es

Pour la deuxième année, la Fondation des Femmes et Kantar publient leur Baromètre Priorité(s) Femmes sur le regard des Français.es concernant les enjeux d’égalité entre les femmes et les hommes. Comme en 2019, les Françaises et les Français placent la lutte contre les violences faites aux femmes comme priorité absolue parmi les enjeux d’égalité.

Quels enseignements pour cette seconde édition du baromètre ?

Tout d’abord, le ressenti négatif des Françaises sur leur situation (notamment par rapport aux hommes) : seules 26% estiment que l’égalité professionnelle a atteint un niveau satisfaisant et 24% que la situation des femmes en France s’est améliorée par rapport à 2019. Elles ne sont que 32% à estimer que les droits des femmes ont progressé depuis 2019. Les hommes, eux, ont une perception très différente des choses : 40% considèrent que la situation des femmes s’est améliorée depuis l’année dernière et 58% que les droits des femmes ont progressé.

Par ailleurs, les violences faites aux femmes sont présentes dans la vie des Français.e.s, femmes et hommes : presque un.e Français.e sur deux a été témoin d’une situation de violences envers les femmes (que ce soit connaître un homme violent, être confident.e d’une femme victime de violence, assister à une scène de harcèlement dans l’espace public, etc.). Mais face à ces situations, les Français.es. se sentent mal ou peu armés pour réagir. Ainsi 58% des personnes interrogés trouvent difficile de savoir quel comportement adopter lorsqu’on entend des bruits de violences conjugales chez des voisins. L’année 2019 aura également été l’année où le terme “féminicide” sera rentré dans le langage courant : 85% des Français.es indiquant le connaître.

Parallèlement, on constate une baisse de confiance dans les pouvoirs publics pour agir contre les violences. En 2020, le jugement des Françaises sur l’action des pouvoirs publics vis à vis des victimes de violence est plus sévère qu’en 2019 (probablement en raison d’une plus grande notoriété du sujet que d’une détérioration réelle de la qualité de service) : la confiance des femmes dans la justice pour prendre en compte les violences faites aux femmes a baissé de 9 points (42% de jugement positif contre 51% en 2019) et celle à l’égard de la police a baissé de 8 points auprès de ces dernières (48% contre 56% en 2019).

Enfin, une demande d’action forte se fait sentir en matière de violences. Les trois thématiques prioritaires pour les Français.es sont la lutte contre les violences conjugales, la lutte contre les violences sexuelles et la prise en compte des femmes victimes de violence par la justice. En quatrième, la lutte contre le harcèlement sexuel gagne 7 points par rapport à 2019.  Parmi les actions jugées prioritaires, 65% des Français.es. demandent de punir plus sévèrement les auteurs de violences physiques ou sexuelles. S’agissant de l’action auprès des femmes victimes, 81% des Français.es considèrent désormais que les féminicides ne sont pas une fatalité et qu’ils peuvent être évités en faisant des efforts et en y mettant des moyens. A cet égard 90% des Français.es pensent qu’ouvrir des places d’hébergement pour toutes les femmes qui le demandent est important.

Voir l'ensemble des résultats :

Source : Kantar

Notes de la rédaction

Étude Kantar réalisée, en ligne, du 12au 16 février 2020, pour La Fondation des Femmes, auprès de 1001 personnes représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (âge, profession de l’individu et région).

Derniers articles

Pour une majorité de Français, les chercheurs scientifiques sont en première ligne pour inventer la société de demain.

Entre défiance et ambivalence, l'indispensable "retour de l'Europe en France."

Notre étude, réalisée pour la CFDT, recueille la perception des Français sur l'impact de la crise sur leur situation professionnelle et leur vison de l'avenir.

La vague de mai du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 23 au 26 avril 2020.

Quoique relativement épargnés par rapport aux Italiens et Américains, 31% des Français constatent un impact de la crise sur leurs revenus personnels.

Contenus liés