En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Smartphone : pourquoi les développeurs d’app préfèrent iOS ?

Romain Brami

Éditeur et directeur du contenu

Mobiles 17.08.2015 / 13:32

iOS

Les utilisateurs de smartphones adorent leurs applications, mais les fans d'Apple et les utilisateurs plus âgés sont plus prêts à mettre la main à la poche

Dans la galaxie des applications mobiles, il y a le monde du gratuit et il y a l'autre monde, celui d'Apple.

Une étude menée par Kantar sur des utilisateurs de smartphones aux États-Unis, montre que les utilisateurs d'Android ont un nombre considérablement plus élevé d'applications installées que les utilisateurs d'iOS (71 contre 46). Mais lorsque l'on s'intéresse aux applications payantes, le rapport de force s'inverse complètement avec un ratio de 4 pour 1 en faveur des utilisateurs iOS.

Chiffres clés

  • 64 applications installées en moyenne
  • 1.65 applications payantes installées en moyenne

Par conséquence, la valeur totale des applications sur les appareils iOS est en moyenne beaucoup plus élevée que sur les appareils Android (13,83 dollars contre 3,18 dollars).

L'écart entre l'utilisation d'applications gratuites et payantes  est considérable. Même parmi les utilisateurs d'iOS, qui sont plus susceptibles d'utiliser les applications payantes, on compte 10 fois plus d'applications gratuites que de payantes. La moyenne générale d'applications installées sur un smartphone s'établit à 64 au total et de 1,65 applications payantes.

Autre révélation de cette étude, les personnes âgées de 65 ans et plus sont beaucoup plus susceptibles d'investir dans des applications payantes. Alors que les utilisateurs âgés de 24 à 44 ans et plus particulièrement ceux de 35 à 44 ans ont tendance à avoir plus d'applications installées que tous les autres groupes d'âges, ce sont les plus de 65 ans qui possèdent le plus d'applications payantes avec une moyenne de trois par utilisateur.

Les plus de  65 ans  se classent également en tête sur la valeur moyenne des applications dont ils disposent. 8,89 dollars de moyenne contre 7,35 dollars pour les  35-44 ans.

"Il n'est pas très surprenant de constater que les utilisateurs d'iOS dépensent plus que ceux d'Android, mais il est pas contre très étonnant que les plus de 65 ans achètent tellement plus d'applications que les plus jeunes", déclare Guy Rolfe, directeur de l'étude sur les usages mobiles chez Kantar.  "Cela met en évidence une réelle opportunité pour les développeurs, car le nombre d'applications visant les plus de 65 ans reste assez faible."

Source : Kantar

Notes de la rédaction

Les résultats de cette étude ont été obtenus à partir du «Kantar Behavioral Panel » portant sur les utilisateurs de smartphone iOS et Android aux Etats-Unis.

Les panélistes nous autorisent à installer une application sur leur smartphone ou leur tablette qui traque toutes leurs activités quotidiennes, permettant l'analyse de leurs comportements.

L'utilisation du mobile, l'exposition aux publicités et la géolocalisation peuvent également être mesurées et analysées.

Noubliez pas de nous suivre sur Twitter : @Kantar_FR

et enregistrez-vous à notre newsletter pour ne rater aucune de nos études.

 

Derniers articles

La vague de juillet du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 29 juin 2020.

Kantar et onepoint s'associent pour offrir une vision exhaustive des études électorales consacrées aux élections municipales, et pour analyser leur contenu et les éclairages qu'elles offrent sur les tendances nationales et les enjeux locaux.

Approbation des gouvernements face au Covid-19. Le Royaume-Uni quitte le club des bons élèves (Allemagne, Canada, Italie) et rejoint le groupe des pays où la population est sceptique, voire critique (France, USA, Japon).

La vague de juin du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 28 mai au 1er juin 2020.

Pour une majorité de Français, les chercheurs scientifiques sont en première ligne pour inventer la société de demain.

Contenus liés