En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Smartwatch : tout reste à faire

Carolina Milanesi

Directrice de recherche mobile, Kantar Worlpanel

Mobiles 02.11.2015 / 16:29


Kantar
  • SAVE
  • Fermer

    PARTAGER AVEC VOS AMIS

  • EMBED
    Fermer

    Copiez le code suivant pour intégrer le tableau dans votre page web, blog ou BBS.

Selon les derniers chiffres publiés par Kantar Worldpanel ComTech, le marché des wearables (les montres et les accessoires connectés) en est encore à ses balbutiements.

En mars 2015, alors que l'Apple Watch s'apprêtait à sortir, nous lui pressentions un début difficile tant nos panelistes semblaient circonspects quant à leur intérêt réel. 6 mois plus tard, nos prédictions se sont révélées justes, avec seulement 3% des plus de 16 ans équipés d'une smartwatch ou d'une smartband. Malgré ces chiffres, les constructeurs et les développeurs continuent d'y voir une fantastique opportunité.

Les premières SmartWatch sont arrivées il y a déjà plusieurs années. La Pebble Watch a fait ses débuts en 2012. Pourtant, seulement 1% des SmartWatch qui fonctionnent actuellement aux États-Unis ont été achetées en 2013, et 14% ont été achetées en 2014.

L'utilisateur type a le profil habituel de l' « early adopter » (l'utilisateur précoce). Plus des deux tiers sont des hommes, et un sur trois est âgé de 25 à 34. Un constructeur comme Apple a beaucoup insisté sur le design et la personnalisation pour tenter d'attirer les utilisateurs moins technophiles. Les résultats de ces efforts ne se sont pas encore concrétisés.

Démographie

En regardant où l'on achète des smartwatch, ce marché ressemble toujours beaucoup plus à celui de l'électroniques grand public qu'à de la joaillerie.  33% des possesseurs de SmartWatch l'ont achetée en ligne, 17% dans un magasin d'électronique et 11% l'ont reçue comme cadeau.

Parmi les panélistes qui savent ce qu'est une Smartwatch ou un Smartband, 92% associent Apple à cette catégorie de produits, bien plus que toutes autres marques. Apple est suivie par Fitbit avec 47%,  Google (34%) et Samsung (33%) pour la troisième place.

Parmi ceux qui n'en possèdent pas, 20% (17% d'hommes et 22% de femmes) n'étaient pas sûrs de comprendre ces objets, et 11% n'en avaient jamais entendu parler.

Ceux qui n'ont pas l'intention d'acheter une SmartWatch dans les douze prochains mois sont également répartis entre hommes et femmes, mais ont tendance à être plus âgés, avec 29% d'entre eux entre 50 et 64 ans. Le prix est la raison la plus fréquemment citée par les non-acheteurs (41%), L'impression que leur téléphone fait déjà tout ce dont ils ont besoin est la deuxième raison la plus citée (33%).

L'absence de compréhension ne semble pas être le facteur déterminant du rejet de ces  nouveaux objets, puisqu'elle n'est citée que par 8% des panelistes. En creusant un peu plus, la plupart des consommateurs ne comprennent pas réellement l'avantage d'avoir une smartwatch (52%). C'est l'usage qui ne leur convient pas et non la compréhension même de l'objet.

Il n'est pas non plus surprenant que le prix soit le principal obstacle à l'achat. Les wearables ne bénéficient pas des diverses subventions et étalement de paiement dont jouissent les smartphones. Le consommateur est directement confronté au coût réel de l'objet et cela suffit à lui piquer les yeux.

Source : Kantar Worldpanel

Notes de la rédaction

Les chiffres sont basés sur une enquête menée à la fin du mois d'août auprès de 11 000 panélistes issus de note panel Comtech.

N'oubliez pas de nous suivre sur Twitter : @Kantar_FR et de vous inscrire à notre newsletter.

Derniers articles

La vague de juillet du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 29 juin 2020.

Kantar et onepoint s'associent pour offrir une vision exhaustive des études électorales consacrées aux élections municipales, et pour analyser leur contenu et les éclairages qu'elles offrent sur les tendances nationales et les enjeux locaux.

Approbation des gouvernements face au Covid-19. Le Royaume-Uni quitte le club des bons élèves (Allemagne, Canada, Italie) et rejoint le groupe des pays où la population est sceptique, voire critique (France, USA, Japon).

La vague de juin du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 28 mai au 1er juin 2020.

Pour une majorité de Français, les chercheurs scientifiques sont en première ligne pour inventer la société de demain.

Contenus liés